L'ONU appelle à une coopération renforcée pour lutter contre la drogue

Le Directeur exécutif de l'ONUDC, Yury Fedotov. Photo ONU/Devra Berkowitz
Le Directeur exécutif de l'ONUDC, Yury Fedotov. Photo ONU/Devra Berkowitz

L'ONU appelle à une coopération renforcée pour lutter contre la drogue

Une coopération régionale renforcée est indispensable pour faire face à la menace des drogues illicites, a déclaré lundi le Directeur exécutif de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Youri Fedotov, à l'ouverture de la 55ème session de la Commission sur les stupéfiants (CND) à Vienne.

« Nous sommes confrontés à une menace transnationale représentant 320 milliards de dollars, soit environ 0,5% du PIB mondial, » a dit M. Fedotov lors de cette session qui doit durer jusqu'au 16 mars.

Des ministres et des responsables de la lutte anti-drogue de 53 États membres doivent examiner divers sujets, notamment la disponibilité de stupéfiants et de substances psychotropes à des fins médicales et scientifiques et la prévention du détournement de produits chimiques pour la fabrication de drogues illicites. La CND est le principal organe politique des Nations Unies qui s'occupe des drogues illicites.

Le Directeur exécutif de l'ONUDC a exhorté les États à intensifier leurs stratégies de prévention dans le cadre d'une réponse globale à la demande, à l'approvisionnement et au trafic de drogues.

« À l'heure actuelle, la balance entre nos efforts concernant l'offre et ceux concernant la demande penchent en faveur de l'offre. Nous devons rétablir l'équilibre. La prévention, le traitement, la réadaptation, la réinsertion et la santé doivent être reconnus comme des éléments clés de notre stratégie », a-t-il dit.

M. Fedotov a appelé les États à reconnaître que la dépendance aux drogues est une maladie. Selon lui, on a la preuve que le traitement est plus efficace que la répression pour relever ce défi de santé publique qui coûte la vie à environ 250.000 personnes chaque année.

Le Directeur exécutif a mis en exergue les initiatives régionales initiées par l'ONUDC dans le cadre de la responsabilité partagée par les nations consommatrices de drogues et les nations productrices pour lutter contre les menaces à la sécurité posées par le trafic de drogues illicites.

L'ONUDC a lancé un programme régional pour l'Afghanistan et les pays voisins afin d'aider à créer une large coalition internationale pour combattre le trafic d'opiacés, la culture du pavot et la production d'opium. L'ONUDC va bientôt lancer un nouveau programme régional pour l'Europe du sud-est, qui mettra l'accent sur la « Route des Balkans » de l'héroïne.

L'agence onusienne a également lancé un groupe de travail mixte à l'aéroport de Dakar, au Sénégal, qui relie 20 aéroports en Amérique latine, dans les Caraïbes, en Afrique et en Europe. Ceci constitue un progrès important dans l'échange d'informations sur le trafic transatlantique de cocaïne, selon M. Fedotov.

« Laissez-moi être clair : il ne peut y avoir aucune réduction du trafic de drogues, sans réduction de la demande de drogues. Il faut faire davantage pour faire face à cette question de la demande », a-t-il conclu.