Côte d'Ivoire : l'ONU salue la participation de partis d'opposition aux élections

Côte d'Ivoire : l'ONU salue la participation de partis d'opposition aux élections

Un homme trempe son doigt dans l'encre à un bureau de vote à Abidjan. (octobre 2010)
L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) s'est félicitée de la décision de partis membres du Conseil national de la résistance pour la démocratie (CNRD, opposition) de participer aux élections législatives du 11 décembre 2011.

L'ONUCI estime que cette attitude nouvelle « renforce le caractère inclusif du scrutin législatif et accroît les chances d'une représentation plurielle au sein du Parlement qui devrait refléter toutes les sensibilités du peuple ivoirien », selon un communiqué de presse.

« L'ONUCI encourage toutes les parties ivoiriennes à poursuivre leurs efforts dans le cadre du dialogue politique qui doit aller au-delà des clivages et même des préoccupations électorales pour préparer le lit à la réconciliation véritable pour une paix durable », ajoute le communiqué. « L'ONUCI reste disposée à fournir, conformément à son mandat et à ses ressources, tout l'appui nécessaire aux parties ivoiriennes pour renforcer l'ancrage démocratique dans le pays. »

Par ailleurs, l'Expert indépendant des Nations unies sur la situation des droits de l'homme en Côte d'Ivoire, Doudou Diène, entreprendra sa seconde visite dans le pays du 7 au 13 décembre.

Le but de cette mission est d'assurer que les droits de l'homme sont pris en considération dans le contexte des élections législatives du 11 décembre.

Les prochaines élections en Côte d'Ivoire sont les premières depuis la crise postélectorale qui a éclaté en décembre 2010, suite au second tour des élections présidentielles opposant le Président sortant Laurent Gbagbo, et Alassane Ouattara.

Au cours de cette mission de sept jours, l'Expert indépendant souhaite effectuer un suivi de sa dernière mission en Côte d'Ivoire en organisant des discussions bilatérales avec des officiels de haut niveau et d'autres acteurs impliqués dans le processus de réconciliation. Ces rencontres incluront notamment le Premier ministre, Guillaume Soro, le Ministre des affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan, des chefs de partis politiques, et le président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation, Charles Konan Banny.

L'Expert indépendant doit présenter un rapport sur ses conclusions au Conseil des droits de l'homme de l'ONU en mars 2012.