Moyen-Orient : l'ONU exhorte les parties à sortir le processus de paix de l'impasse

Moyen-Orient : l'ONU exhorte les parties à sortir le processus de paix de l'impasse

media:entermedia_image:7723a73c-5177-40a2-a5fd-353bb5b86e94
Le processus politique de résolution du conflit Israélo-palestinien est dans une impasse « profonde et persistante », a estimé mardi devant le Conseil de sécurité le Coordonnateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry, appelant les parties à sortir de cette situation.

Le processus politique de résolution du conflit Israélo-palestinien est dans une impasse « profonde et persistante », a estimé mardi devant le Conseil de sécurité le Coordonnateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry, appelant les parties à sortir de cette situation.

« Les dirigeants politiques des deux côtés sont frustrés », a-t-il dit devant le Conseil de sécurité. « C'est particulièrement aigüe du côté palestinien où il y a une absence d'horizon politique crédible pour mettre un terme à l'occupation qui a commencé en 1967. Les Israéliens restent préoccupés par l'instauration d'une sécurité durable et sur la fin du conflit », a indiqué M. Serry.

Il a souligné que la reprise des négociations sont particulièrement difficile étant donnée le manque de confiance entre les deux parties. Les pourparlers Israélo-palestiniens sont dans l'impasse depuis le mois de septembre 2010 alors qu'Israël a refusé d'étendre le moratoire sur le gel des colonies. Cette décision a plombé les pourparlers directs qui venaient de reprendre entre le chef de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu.

« Nous continuons à exhorter les parties à trouver une voie pour avancer dans cette période sensible et importante. Nous espérons que la communauté internationale puisse aider à modeler un cadre de travail équilibré et légitimé », a souligné M. Serry.

« Nous espérons qu'en septembre prochain, la communauté internationale pourra être unie et saura prendre une décision équilibrée permettant aux parties de surmonter leurs différends et de reprendre les négociations », a ensuite indiqué M. Serry.

Mettant en avant les progrès « sans précédent » réalisés au plan économique par l'Autorité palestinienne en Cisjordanie, il a affirmé que, « dans les domaines clefs », l'Autorité avait démontré sa capacité à assumer les responsabilités qui incombent à un État constitué.

Il a ainsi souligné que l'amélioration de la gouvernance, ainsi que l'accroissement des investissements et la liberté d'aller et venir dans la zone avaient contribué à renforcer l'économie locale ces deux dernières années, et ce, dans un contexte de crise internationale.

Concernant la situation sécuritaire en Cisjordanie, M. Serry a indiqué que le déploiement de milliers de membres des Forces de sécurité palestiniennes avait permis le démantèlement de nombreuses cellules terroristes et réduit les activités de recrutement.

« L'ordre est rétabli dans de nombreuses villes de Cisjordanie et moins d'attaques ont été perpétrées contre les Israéliens depuis ce territoire », a-t-il encore constaté. Le Représentant spécial a toutefois noté que dans la zone C, « les démolitions se poursuivent à un rythme inquiétant ». Sept cents personnes ont déjà été déplacées depuis le début de l'année, a-t-il indiqué.

S'agissant de la situation à Gaza, Robert Serry a appelé à la restauration du calme et à la relance de l'économie et des activités de reconstruction. Ce sont des préalables indispensables, a-t-il dit, pour avancer sur tous les points de contention existant entre les parties.

« Nous continuons en outre à demander la réouverture de tous les points de passage et à prévenir la reprise des activités de contrebande d'armes dans la bande de Gaza », a conclu le Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient.