Somalie : Ban Ki-moon salue l'accord mettant fin à l'impasse politique

Somalie : Ban Ki-moon salue l'accord mettant fin à l'impasse politique

media:entermedia_image:64f97b78-fea8-4c7c-aa11-c1917b370897
Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué jeudi soir l'Accord de Kampala signé par le président du Gouvernement fédéral de transition (GFT) somalien, Sharif Sheikh Ahmed, et le président du Parlement fédéral de transition, Shariff Hassan Sheik Aden, qui va permettre aux Institutions fédérales de transition (IFT) de travailler constructivement dans l'intérêt du peuple somalien.

Le chef de l'ONU a « exhorté les parties à rapidement mettre en œuvre cet accord dans le cadre de l'Accord de Djibouti et dans la droite ligne de la Charte fédérale de transition », a fait savoir jeudi son porte-parole dans un communiqué.

Il a aussi appelé « les parties somaliennes à agir résolument afin de finaliser les mesures transitionnelles en suspend, y compris la promotion de la réconciliation nationale, la rédaction de la Constitution et la consultation publique et la reconstruction dans le secteur de la sécurité. »

Ban Ki-moon a salué « les efforts du Président Yoweri Kaguta Museveni d'Ouganda et son Représentant spécial, Augustine Mahiga, pour avoir facilité la signature de cet accord »,

Les Nations Unies « vont continuer à soutenir les efforts destinés à ramener une paix durable et la stabilité en Somalie et exhortent la communauté internationale à fournir rapidement un soutien aux Institutions fédérales de transition et à la Mission de l'Union africaine en Somalie », a ajouté le porte-parole.

Les divisions politiques entre le Gouvernement fédéral de transition somalien (GFT) et le Parlement intérimaire pesaient depuis plusieurs mois sur le processus de paix dans le pays. En février dernier, le parlement a décidé de prolonger son mandat de trois ans après la fin de la période transitoire, qui devait s'achever en août. Cette décision avait été rejetée par le GFT, qui avait proposé de prolonger la période intérimaire d'un an, afin de renforcer la stabilité politique et la sécurité.

Avec la signature de l'Accord de Kampala par les deux parties, le mandat de la présidence et du parlement ont été prorogés d'une année et un nouveau Premier ministre doit être nommé dans les 30 prochains jours.