Moyen-Orient : le vent de changement affecte le statu quo israélo-arabe - ONU

Moyen-Orient : le vent de changement affecte le statu quo israélo-arabe - ONU

Robert Serry.
A l'occasion d'un exposé sur la situation au Moyen-Orient au Conseil de sécurité, le Coordonnateur spécial de l'ONU pour le processus de paix dans la région, Robert Serry, a souligné que le conflit israélo-arabe n'était « pas immunisé » face au vent de contestation populaire et aux changements politiques qui sont en train de s'opérer dans le monde arabe.

« Deux événements décisifs se sont déroulés avec d'importantes implications. Le 27 avril, les factions palestiniennes ont conclu un accord de réconciliation sous l'égide de l'Egypte afin de mettre fin à des années de division. Dimanche dernier, il y a eu d'importants affrontements entre les forces de sécurité israéliennes et les Palestiniens en Syrie, au Liban et dans les Territoires palestiniens occupés pendant que se déroulaient les plus grandes manifestations de Palestiniens depuis des années », a expliqué Robert Serry devant le Conseil de sécurité.

« Ces deux développements nous rappellent que les protestations populaires et le changement politique continuent de balayer le monde arabe et de bousculer le statut quo non viable dans de nombreuses parties du Moyen-Orient. Le conflit israélo-arabe n'est pas immunisé contre ces développements spectaculaires. D'une manière ou d'une autre, le changement va arriver aussi. Ce changement doit être façonné pour aboutir à un résultat positif », a-t-il ajouté.

Le 27 avril dernier des représentants du Fatah et du Hamas ont signé un accord de réconciliation, prévoyant la formation d'un gouvernement d'unité nationale et la tenue d'élections présidentielles et législatives dans un an.

Selon la presse, dix personnes ont été tuées et 112 blessées dimanche dernier dans le sud du Liban après des échanges de tirs à la frontière entre Israël et le Liban, alors que des réfugiés palestiniens manifestaient côté libanais pour commémorer la Nakba, l'exode après la création d'Israël en 1948. D'autres incidents violents dans le plateau du Golan en Syrie et dans les Territoires palestiniens occupés ont également éclaté à l'occasion des cette célébration.

Robert Serry a souligné que les Israéliens et les Palestiniens doivent « montrer de la détermination plutôt que de la paralysie », dans la perspective de l'agenda de l'ONU qui prévoit de reconnaître en septembre prochain le statut d'Etat aux Territoires palestiniens occupés.

« Nous exhortons toutes les parties à donner à ce processus une chance, tout en rappelant aux Palestiniens l'importance de la formation d'un gouvernement qui soit à la hauteur des attentes de son peuple et de la communauté internationale et qui soutienne les négociations avec Israël », a dit le Coordonnateur spécial.

Il a également affirmé que la « réunification entre Gaza et la Cisjordanie est un objectif vital pour la paix » notant que le calme est revenu à Gaza.

Pour Robert Serry, l'agenda de la construction de l'Etat palestinien doit se faire « main dans la main » avec celui de la réunification de ces deux territoires afin d'instaurer une « véritable sécurité » et « d'améliorer le développement économique ».

Le Coordonnateur spécial a fait savoir que le Secrétaire général de l'ONU suit avec inquiétude les informations selon lesquelles de potentielles nouvelles flottilles pour Gaza seraient prévues, estimant que « cela provoquerait des confrontations inutiles ».