L'ONU dément les accusations contre les policiers somaliens formés à Djibouti

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Somalie, Augustine Mahiga.
Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Somalie, Augustine Mahiga.

L'ONU dément les accusations contre les policiers somaliens formés à Djibouti

Le Représentant spécial de l'ONU en Somalie, Augustine P. Mahiga, a fermement démenti jeudi les accusations portées par un représentant de l'opposition djiboutienne, Daher Ahmed Farah, selon lesquelles des policiers somaliens formés à Djibouti, dans le cadre d'un programme ONU-Union africaine financé par le Japon, ont participé à la répression d'une récente manifestation.

« Les recrues de la police somalienne sont uniquement là pour recevoir une formation et ils n'ont été en aucune façon impliqués dans les affaires intérieures de la République de Djibouti. C'est la position de principe de l'ONU », déclare Augustine P. Mahiga dans un communiqué rendu public jeudi.

Il rejette fermement « les fausses allégations faites par Daher Ahmed Farah », les qualifiant de « sans fondements », avant de préciser que les policiers somaliens « n'ont même pas encore terminé leur formation ».

« Djibouti accueille cette formation et le gouvernement djiboutien a toujours démontré son engagement à soutenir les efforts internationaux visant à promouvoir la paix et la stabilité en Somalie et dans la région », souligne encore le Représentant spécial de l'ONU.

« En outre, le gouvernement de Djibouti a été un soutien de longue date à la Somalie et à son peuple et a joué un rôle clé dans le processus de paix en cours. Ces derniers temps, il aide à la formation du personnel de la police somalienne », insiste-t-il encore.