Côte d'Ivoire : l'ONU soutient les efforts de médiation de l'Union africaine

Côte d'Ivoire : l'ONU soutient les efforts de médiation de l'Union africaine

Choi Young-Jin, Représentant spécial du Secrétaire général pour la Côte d'Ivoire.
Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d'Ivoire, Y.J. Choi, a souligné mardi le soutien de l'ONU aux efforts de médiation des chefs d'Etat africains qui ont décidé ce weekend, au Sommet de l'Union africaine, à Addis-Abeba, de mettre en place un panel afin de trouver une solution à la crise ivoirienne.

« Un panel composé de chefs d'Etat sera mis en place et aura un mandat d'un mois pour trouver une solution sur la base de l'acceptation des résultats de l'élection du 28 novembre. C'est-à-dire qu'Alassane Ouattara est le président élu. Sur cette base, ils vont travailler pour trouver une solution. Ils ont mis l'accent sur la levée du blocus à l'hôtel du Golf », a déclaré mardi le Représentant spécial dans un entretien accordé à la radio ONUCI-FM.

« Nous allons tout faire pour les aider afin qu'ils trouvent une solution dans un mois comme il a été déclaré dans leur communiqué final. Notre devoir est de les assister », a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs précisé que le panel n'avait pas été mis en place et que les modalités de travail n'avaient pas encore été fixées. « Les cinq différentes régions d'Afrique vont désigner les chefs d'Etat qui composeront le panel. Il y aura aussi des membres de l'UA et de la Commission de la Communauté Economique de Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et un groupe de travail en charge de conseiller le panel. Il faut attendre quelques jours pour voir clairement les modalités de travail de ce panel », a expliqué Y.J Choi tout en rappelant que cette initiative ne provient pas des Nations Unies mais des chefs d'Etat des cinq régions de l'Afrique.

Il a également réitéré son appel au calme aux différentes parties. Il a également rappelé qu'Alassane Ouattara avait été élu lors d'un scrutin « exemplaire au niveau mondial, avec 81% de participation sans fraude et avec très peu d'irrégularités ».