Le Timor-Leste a atteint une nouvelle étape de son histoire, selon Ameerah Haq

23 février 2010
Ameerah Haq.

Le Timor Leste a atteint une nouvelle étape de son histoire, les efforts se concentrant désormais sur les mesures nécessaires à l'approfondissement, de la démocratie et de l'état de droit, à la réduction de la pauvreté et au renforcement des institutions, a expliqué mardi la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour ce pays, Ameerah Haq, devant le Conseil de sécurité.

Le Timor Leste a atteint une nouvelle étape de son histoire, les efforts se concentrant désormais sur les mesures nécessaires à l'approfondissement de la démocratie et de l'état de droit, à la réduction de la pauvreté et au renforcement des institutions, a expliqué mardi la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour ce pays, Ameerah Haq, devant le Conseil de sécurité.

« Le pays travaille à la consolidation des avancées du passé et à la garantie d'une transition douce vers les phases de relèvement et de développement, ce qui nécessite à la fois des efforts continus de son gouvernement et la pérennité du soutien de la communauté internationale », a-t-elle ajouté.

En poste depuis environ six semaines, la Représentante spéciale a jugé « évident que des progrès remarquables ont été faits depuis les évènements de 2006 qui ont amené à l'établissement de la Mission des Nations Unies au Timor-Leste (MINUT) ».

« Les taux de criminalité restent faibles et montrent une tendance à la baisse sur l'année écoulée », a-t-elle souligné. En outre, « les processus démocratiques mûrissent » et « les dirigeants politiques ont montré une réelle volonté de travailler au-delà des lignes des partis sur les questions d'importance nationale ».

Ameerah Haq a rappelé que la sécurité et la stabilité à long terme du Timor-Leste dépendaient du développement d'une force de police nationale qui soit « professionnelle et impartiale, et opère en respectant l'état de droit et les droits de l'homme ».

A l'instar du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, elle a noté que des défis logistiques dans ce secteur devaient être relevés. « Reconfigurer et réorienter la composante police de la MINUT sera l'une de mes principales priorités », a-t-elle annoncé.

Toutefois, selon elle, « le plus important défi à long terme pour le Timor-leste sera peut-être socio-économique ». « Les membres des communautés locales souhaitent que les efforts de développement atteignent de manière plus efficace les zones rurales », a-t-elle confié, rappelant également que le chômage est particulièrement élevé (18,4% de la population) avec 60% de la population âgée de moins de 25 ans.

« Le manque d'opportunités d'emplois est un grave défi pour une croissance économique soutenue et pour le développement humain, avec de graves conséquences sur la sécurité s'il n'est pas adéquatement traité », a-t-elle averti.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.