Somalie : l&#39ONU appelle à une réconciliation de tous ceux qui renoncent à l&#39extrémisme

Somalie : l&#39ONU appelle à une réconciliation de tous ceux qui renoncent à l&#39extrémisme

François Lonseny Fall
Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Somalie, François Lonseny Fall, a déclaré aujourd&#39hui que les Nations Unies encourageaient le gouvernement somalien à ouvrir sa porte à tous les éléments modérés qui acceptent de renoncer à la violence et à l&#39extrémisme.

« Sans un processus politique inclusif, il ne peut y avoir de véritable réconciliation », a-t-il plaidé lors d'une conférence de presse (vidéo) au siège de l'Organisation à New York, tenue à sa sortie du Conseil de sécurité.

« Tous les membres ont convenu de la nécessité d'entretenir un dialogue avec tous ceux qui peuvent apporter la paix, dans le refus de la violence et de l'extrémisme », a-t-il indiqué.

Interrogé sur sa récente rencontre avec l'Organisation de la conférence islamique (OIC), François Lonseny Fall a invité tout ceux qui en ont le pouvoir à « encourager et à contribuer davantage au maintien de la paix » (dépêche du 1.03.07).

« L'OIC est prête à jouer un rôle positif », a-t-il assuré, rapportant qu'elle avait créé un fonds propre pour la réconciliation et la consolidation de la paix.

La question du financement de la force de l'Union africaine déployée récemment dans le pays a aussi été évoquée. Le Représentant spécial a de nouveau souligné qu'à ce stade, les Nations Unies voulaient apporter leur aide, en particulier technique, « avant de prendre la suite sur le terrain ».

« La principale préoccupation au niveau de la sécurité concerne Mogadiscio », a poursuivi François Lonseny Fall, soulignant qu'un nouvel attentat contre Villa Somalia venait d'avoir lieu, alors que le transfert du pouvoir de Baidoa -- où le gouvernement de transition était établi -- vers la capitale historique de la Somalie a été officialisé par le Parlement.

Selon des informations parues dans la presse, l'attaque au mortier n'a pas blessé le président somalien, Abdullahi Yusuf, mais aurait fait au moins treize morts.

Le Représentant spécial a appelé à renforcer le financement défaillant de la Mission de l'Union africaine dans le pays afin de pouvoir y déployer davantage de troupes « aussi tôt que possible ».

Rappelant que le pays connaît « une situation humanitaire désespérée », François Lonseny Fall a souligné que les processus politique et humanitaire travaillaient de concert. « Nous encourageons les agences à aller sur le terrain secourir la population », a-t-il insisté (dépêche du 1.03.07).