Timor-Leste : l'Envoyé spécial du Secrétaire général arrivé à Dili

26 juin 2006

L'Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Timor-Leste, Ian Martin, est arrivé aujourd'hui à Dili pour étudier, suite à la demande du gouvernement timorais, la mise en place d'une mission renforcée des Nations Unies dans le pays, a annoncé le porte-parole.

« Ian Martin rencontrera les dirigeants de toutes les tendances politiques timoraises, ainsi que les organisations religieuses et civiques, et l'équipe de pays des Nations Unies, avant de faire un rapport au Secrétaire général sur la composition d'une mission renforcée des Nations Unies », a indiqué aujourd'hui Stéphane Dujarric, porte-parole du Secrétaire général, lors de son point de presse quotidien au siège de l'ONU à New York.

Suite à la demande du gouvernement timorais, Kofi Annan avait en effet appelé à un renforcement de la présence des Nations Unies au Timor-Leste (dépêche du 13.06.06).

Lors une conférence de presse, Ian Martin avait affirmé que le gouvernement timorais s'attendait à ce que les Nations Unies jouent « un rôle clé » pour « assurer le bon déroulement » des élections parlementaires et présidentielles prévues l'année prochaine.

Le gouvernement souhaite également que l'ONU assiste sur le long terme les forces de police timoraises, après le départ des troupes étrangères actuellement déployées sur le terrain pour rétablir l'ordre (dépêche du 13.06.06).

A la suite de la démission ce jour du Premier ministre, Mari Alkatiri, le Chef du Bureau des Nations Unies au Timor-Leste (BUNUTIL), Sukehiro Hasegawa, a par ailleurs demandé aux dirigeants politiques timorais de « veiller à ce que leurs partisans s'abstiennent de tout comportement qui pourrait provoquer des violences », a ajouté Stéphane Dujarric.

Mardi dernier, le Conseil de sécurité a décidé de proroger le mandat du BUNUTIL pour une durée de deux mois, en attendant de définir le nouveau rôle de l'ONU (dépêche du 20.06.06).

En ce qui concerne la situation humanitaire, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM),ont déclaré que des vivres et d'autres articles d'assistance ont été acheminés vers les camps en dépit de la perturbation du trafic par les manifestants.

Des équipes d'évaluation ont été envoyées dans les districts éloignés afin de déterminer les besoins des personnes déplacées.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.