Les armes légères sont la cause de destructions massives, affirme Kofi Annan

26 juin 2006
Kofi Annan

« Ces armes sont peut-être légères mais elles sont la cause de destructions massives », a affirmé aujourd'hui le Secrétaire général, à l'ouverture de la Conférence des Nations Unies sur le commerce illicite des armes légères, rappelant qu'elles tuaient des dizaines de milliers de personnes chaque année.

« La plupart des morts directement liées aux conflits dans le monde ? des dizaines de milliers de vies perdues chaque année ? et les centaines de décès quotidiens résultant de la criminalité peuvent être associés au commerce illicite des armes légères », a déclaré Kofi Annan, dans une allocution prononcée aujourd'hui, à l'ouverture de la Conférence d'examen sur les armes légères 2006.

« Il est facile d'acheter des armes légères, facile de les utiliser, facile de les transporter et facile de les dissimuler. La prolifération constante de ces armes exacerbe les conflits, déclenche des mouvements de réfugiés et engendre une culture de violence et d'impunité », a-t-il déploré.

La Conférence des Nations Unies chargée d'examiner les progrès de la communauté internationale pour combattre et éliminer le commerce illicite des armes légères depuis l'adoption d'un Programme d'action en 2001 s'est ouverte aujourd'hui à New York pour deux semaines (dépêche du 26-06-06).

Dans son discours, le Secrétaire général a salué « les progrès sensibles » qui ont été accomplis depuis cinq ans.

« Près de 140 pays ont fait rapport sur la mise en ?uvre du Programme d'action. Une majorité écrasante d'entre eux dispose d'une législation limitant la circulation des armes illicites et bien plus de la moitié ont créé des organismes nationaux de coordination chargés d'en surveiller la prolifération », a-t-il rappelé.

« En outre, un tiers de l'ensemble des pays s'est employé à collecter des armes auprès de personnes qui n'étaient pas en droit de les détenir et la majorité d'entre eux a mis en ?uvre des normes et des procédures pour garantir la sécurité et la gestion des stocks d'armes », a-t-il ajouté.

Mais Kofi Annan a jugé que de nombreux défis devaient encore être relevés.

« Il faut que les États Membres élaborent d'urgence des lois ou modifient celles qui existent déjà pour appliquer les normes énoncées dans le Programme d'action », a-t-il demandé.

Il faut également « qu'ils gèrent mieux leurs stocks et améliorent leurs procédures de sécurité afin de réduire les vols d'armes ».

« Nous devons aussi nous accorder sur une méthode réaliste et efficace de certification des utilisateurs finals. Sans cette certification, toute action visant à réglementer le commerce et le courtage des armes légères sera incomplète », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a aussi rappelé que 55 États n'avaient pas encore présenté de rapport sur la mise en ?uvre du Programme d'action. « Certains parmi les rapports soumis contiennent des données incomplètes qui ne permettent pas d'évaluer les progrès accomplis et beaucoup d'organismes nationaux de coordination manquent de moyens ou de ressources pour mener à bien leurs tâches », a-t-il précisé.

« Les opérations de collecte des armes n'ont permis de détruire qu'une partie infime des armes illicites circulant dans les zones de conflit et dans les rues des villes », a-t-il encore déploré.

La Conférence des Nations Unies a démarré par la remise au Secrétaire général d'une pétition photographique géante, représentant un million de visages venant de 160 pays, à l'initiative de la coalition « Contrôler les armes », un collectif de quelque 600 organisations non gouvernementales.

« Le rôle vital de la société civile dans la contribution à la lutte contre le commerce illicite des armes légères est maintenant bien reconnu. Elle apporte son expertise, ses réseaux de communication et sa passion. En outre, les organisations non gouvernementales jouent un rôle essentiel en encourageant les gouvernements à mettre en ?uvre les engagements pris dans le cadre du Programme d'action de 2001 relatif aux armes légères », a déclaré le Secrétaire général en recevant la pétition « Un million de visages ».

Kofi Annan a indiqué par ailleurs qu'il transmettrait au président de la Conférence l'appel du collectif en faveur de la création d'un traité international sur le commerce des armes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.