Somalie : l'envoyé de l'ONU appelle les milices islamiques à entendre les appels à la réconciliation

6 juin 2006

Saluant les déclarations des Institutions fédérales de transition (IFT) « appelant à la réconciliation » le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Somalie, François Lonseny Fall a encouragé aujourd'hui « une approche similaire » de la part de l'Union des tribunaux islamiques et des autres parties à Mogadishu.

« La communauté internationale réitère son soutien aux efforts des IFT visant la poursuite du dialogue, de la réconciliation et d'une gouvernance stable, conformément à la Charte nationale de transition, et se déclare prêt à fournir une assistance dans ce cadre », a ajouté le Représentant spécial dans un message publié à Nairobi.

Cet appel intervient au lendemain d'une déclaration du Secrétaire général appelant « toutes les parties à mettre fin aux combats et à entamer des négociations ».

Selon les informations parues dans la presse, l'Union des tribunaux islamiques a affirmé hier avoir remporté la bataille de Mogadishu après quatre mois de combats meurtriers contre les miliciens de l'Alliance pour la restauration de la paix et contre le terrorisme.

« Le redéploiement des milices de l'Union des tribunaux islamiques - qui veulent faire appliquer la Charia - et de l'Alliance pour la restauration de la paix et contre le terrorisme (ARPCT) » et « la fourniture de munitions aux milices, grâce à une assistance externe, en violation directe de l'embargo des Nations Unies sur les armes », avait déjà inquiété François Lonseny Fall.

Le Représentant avait appelé les parties à rejoindre « le processus politique de Baidoa » et rappelé qu'un parlement y était actuellement en session pour la rédaction d'une Constitution. Il avait aussi souligné que la Somalie avait établi « avec succès, malgré les difficultés » des Institutions fédérales de transition et élaboré une Charte de transition, après plus de 15 ans de guerre civile (dépêche du 25.05.06).

Par ailleurs, a annoncé aujourd'hui le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors de son point de presse quotidien, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) s'est déclaré préoccupé par le fait que les combats à Mogadishu ont retardé les campagnes de vaccination contre la polio et la rougeole, ce qui ne fait qu'aggraver la crise humanitaire dans le sud du pays.

OCHA souligne aussi que la fourniture de stocks de nourriture importés a été entravée, ce qui a conduit à une inflation des prix de 20 à 30%.

La Somalie n'a plus de gouvernement central depuis 1991. Le gouvernement intérimaire somalien, qui bénéficie du soutien des Nations unies, tente d'imposer son autorité depuis Baidoa, à 240km à l'ouest de Mogadiscio, en raison de l'insécurité régnant dans la capitale.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.