Somalie : Kofi Annan préoccupé par la recrudescence de la violence à Mogadiscio

Somalie : Kofi Annan préoccupé par la recrudescence de la violence à Mogadiscio

Kofi Annan
Le Secrétaire général s'est déclaré aujourd'hui « profondément préoccupé par les récentes informations faisant état d'une recrudescence de la violence à Mogadiscio », la capitale de la Somalie, provoquant la mort de plus d'une centaine de personnes et le déplacement de milliers de civils.

Dans un message transmis aujourd'hui par son porte-parole, le Secrétaire général a appelé les factions en conflit à un cessez-le-feu immédiat.

Il a également exhorté toutes les parties à « appuyer les Institutions fédérales de transition dans leurs efforts visant à mettre en ?uvre la Charte de transition ».

Dans un communiqué publié également aujourd'hui, Ghanim Alnajjar, Expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme en Somalie, s'est également déclaré préoccupé par l'aggravation de la violence contre les civils.

Selon les informations parues dans la presse, des combats à l'artillerie lourde ont opposé vendredi deux factions rivales, l'une islamiste, l'autre laïque, à Mogadiscio, capitale de la Somalie, pour le contrôle du quartier de Sii-Sii, déserté par ses habitants, dans le nord de la ville.

Ces affrontements, qui opposent depuis dimanche dernier l'Union des tribunaux islamiques à l'Alliance pour le rétablissement de la paix et contre le terrorisme, auraient fait au moins 135 morts et 280 blessés, des civils en majorité.

La Somalie n'a plus de gouvernement central depuis 1991. Le gouvernement intérimaire somalien, qui bénéficie du soutien des Nations unies, tente d'imposer son autorité depuis Baidoa, à 240km à l'ouest de Mogadiscio, en raison de l'insécurité régnant dans la capitale.