L'Iran continue à enrichir de l'uranium, affirme l'AIEA dans son dernier rapport

2 mai 2006

L'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA) a affirmé que l'Iran continuait à enrichir de l'uranium, dans un rapport sur le programme nucléaire iranien rendu public aujourd'hui, un mois après que le Conseil de sécurité a demandé de suspendre de telles activités. Les doutes sur la nature pacifique du programme iranien persistent, ajoute l'Agence.

« L'Agence ne peut progresser dans ses efforts visant à donner des assurances quant (...) à la nature exclusivement pacifique de ce programme. Depuis plus de trois ans, l'Agence s'efforce d'élucider tous les aspects du programme nucléaire de l'Iran, et les zones d'ombre qui subsistent restent préoccupantes », estime Mohammed ElBaradei, directeur de l'AIEA, dans son rapport.

« On ne pourra progresser à cet égard que si l'Iran fait preuve de transparence et coopère activement ? une transparence qui aille au-delà des mesures prévues par l'accord de garanties et le protocole additionnel ? afin que l'Agence puisse comprendre pleinement 20 ans d'activités nucléaires iraniennes non déclarées », déclare le directeur de l'AIEA.

« En février 2006, l'Iran a commencé des essais d'enrichissement en alimentant une seule machine P1 avec de UF6 (uranium hexafluoride) et, par la suite, des cascades de 10 et de 20 machines. En mars 2006, une cascade de 164 machines a été achevée, et les essais de cette cascade avec de l'UF6 ont commencé », indique le rapport.

« Le 13 avril 2006, l'Iran a déclaré à l'Agence qu'un niveau d'enrichissement de 3,6 % avait été atteint. Le 18 avril 2006, l'Agence a prélevé des échantillons à l'IPEC, et les résultats de l'analyse de ces prélèvements tendent à confirmer à partir de cette date le niveau d'enrichissement déclaré par l'Iran », explique Mohammed ElBaradei.

« Ce jour-là, la cascade de 164 machines était encore en train d'être alimentée avec de l'UF6 et deux autres cascades de 164 machines étaient en construction », ajoute le directeur.

« La campagne actuelle de conversion d'uranium à l'ICU (Installation de conversion d'uranium d'Ispahan) , qui a démarré en novembre 2005, se poursuit encore et devrait s'achever en avril 2006. Depuis septembre 2005, environ 110 tonnes d'UF6 ont été produites à l'ICU, toutes soumises aux mesures de confinement et de surveillance de l'Agence », souligne le rapport.

Le rapport a été remis vendredi dernier aux 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU et simultanément aux 35 membres du Conseil des gouverneurs de l'AIEA (dépêche du 28.04.06 et communiqué de l'AIEA).

Intitulé « Mise en oeuvre des accords de garantie du Traité de non prolifération nucléaire dans la République islamique d'Iran », le rapport a été préparé à la demande du Conseil de sécurité.

Dans une déclaration présidentielle adoptée le 29 mars dernier, le Conseil de sécurité avait en effet demandé au directeur de l'AIEA de soumettre dans les 30 jours un rapport « sur la suite donnée par l'Iran aux mesures demandées par le Conseil des gouverneurs de l'AIEA » (dépêche du 29.03.06).

La déclaration présidentielle avait aussi souligné le fait qu'il était « particulièrement important » que « l'Iran rétablisse la suspension complète et durable de toutes les activités liées à l'enrichissement et au retraitement, y compris des activités de recherche-développement ».

Le Conseil de sécurité tiendra demain des consultations à huis clos sur la question.

L'Iran clame que son programme nucléaire ne poursuit que des buts pacifiques. Les Etats-Unis et la majorité des pays occidentaux en doutent. Les activités liées à l'enrichissement de l'uranium permettent en effet de construire la bombe atomique.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.