Ethiopie/Erythrée : le Conseil de sécurité envisage de transformer la Mission de l'ONU en mission d'observation

13 avril 2006

Le Conseil de sécurité a décidé aujourd'hui de proroger d'un mois le mandat de la Mission de l'ONU chargée d'observer le cessez-le-feu entre l'Ethiopie et l'Erythrée, avec l'option de la transformer en une simple mission d'observation si les parties ne lui rendent pas sa liberté de circulation.

image• Retransmission de la séance du Conseil de sécurité[2mins]

Par sa résolution adoptée aujourd'hui à l'unanimité, le Conseil décide de « proroger le mandat de la Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE) pour une période d'un mois prenant fin le 15 mai 2006 ».

Le Conseil a affirme aussi « son intention, s'il juge que les parties ne se sont pas pleinement conformées à la résolution 1640 (2005) d'ici au début de mai 2006, d'examiner le mandat et les effectifs militaires de la MINUEE d'ici au 15 mai 2006, en vue de prendre une décision sur des ajustements éventuels à la MINUEE, comme l'a indiqué le Secrétaire général dans son rapport daté du 3 janvier 2006 (S/2006/1), notamment sa transformation en une mission d'observation ».

La Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE) est sujette depuis le mois d'octobre 2005 à des restrictions imposées à sa capacité de survoler le territoire de l'Erythrée, imposées par le gouvernement érythréen.

Ce dernier a aussi imposé des limites à sa capacité de déplacement sur le terrain, exigé le départ de certains membres de son personnel occidental, et procédé à l'incarcération de certains membres de son personnel national.

Ces mesures avaient été immédiatement condamnées par le Conseil de sécurité et le Secrétaire général (dépêche du 05.10.06, dépêche 24.10.05 et dépêche du 07.12.05).

La résolution 1640 avait notamment requis que les parties fassent preuve de la plus grande retenue et s'abstiennent de recourir à la menace ou à l'emploi de la force l'une contre l'autre.

Le Conseil avait aussi exigé du gouvernement érythréen qu'il annule sans plus tarder et sans préalable sa décision d'interdire les vols d'hélicoptère de la Mission.

Enfin, il avait exigé de l'Éthiopie qu'elle accepte pleinement et sans plus tarder la décision définitive et contraignante de la Commission du tracé de la frontière et prenne immédiatement des mesures concrètes pour permettre, sans préalable, à la Commission de procéder à l'abornement intégral et rapide de la frontière.

Une initiative diplomatique des Etats-Unis, entérinée par le Conseil de sécurité, avait conduit à une reprise des pourparlers et à ce que la Commission du tracé de la frontière entre l'Érythrée et l'Éthiopie, se réunisse de nouveau (dépêche du 14.03.06).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.