Le Conseil de sécurité et le Secrétaire général condamnent les actions de l&#39Erythrée à l&#39encontre de la MINUEE

15 février 2008

Par la voie d&#39une déclaration présidentielle, le Conseil de sécurité s&#39est joint ce soir à la condamnation par le Secrétaire général des mesures prises par l&#39Erythrée rendant « inévitables » le redéploiement de la Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE).

Par la voie d'une déclaration présidentielle, le Conseil de sécurité s'est joint ce soir à la condamnation par le Secrétaire général des mesures prises par l'Erythrée rendant « inévitables » le redéploiement de la Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE).

Cette déclaration en séance intervient alors que le Secrétaire général Ban Ki-moon s'est déclaré aujourd'hui « profondément préoccupé par le cours de la réinstallation, dans des sites désignés du côté éthiopien, du personnel et des équipements de la MINUEE ».

Dans un message transmis par sa porte-parole, le Secrétaire général rappelle que « depuis les premiers mouvements des unités d'avant-garde de la MINUEE, le 11 févier dernier, les autorités érythréennes n'ont autorisé que six véhicules à franchir la frontière ».

« Les forces de défense érythréennes ont arrêté un certain nombre de véhicules de la MINUEE et les ont empêchés de traverser la frontière. Le 14 février, le personnel de la MINUEE a même été menacé et ses équipements saisis. C'est une évolution troublante des choses », déplore le Secrétaire général.

« La société érythréenne qui approvisionne la MINUEE en rations alimentaires l'a informée aujourd'hui qu'elle ne sera plus en mesure de respecter son contrat. Or, les réserves d'urgence de la Mission devraient s'épuiser dans quelques jours ».

« Le Secrétaire général est en contact étroit avec le Conseil de sécurité et les pays contributeurs de troupes ».

« Les autorités érythréennes sont sollicitées au plus haut niveau pour trouver une solution immédiate à cette situation inacceptable ».

Le Secrétaire général appelle les autorités érythréennes à arrêter de poser des obstacles à la réinstallation de la MINUEE et de ses équipements. Les Nations Unies réaffirment que cette réinstallation est de nature provisoire et que l'Érythrée doit immédiatement honorer ses obligations internationales de coopérer avec la Mission, conclut le message.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.