Darfour : le Conseil de sécurité souhaite une opération de l'ONU d'ici au 30 septembre

11 avril 2006

Le Conseil de sécurité a demandé au Secrétaire général l'envoi d'une mission d'évaluation avant le 30 avril afin d'accélérer les préparatifs d'une mission de maintien de l'ONU au Darfour, qui devra remplacer définitivement celle de l'Union africaine d'ici au 30 septembre.

Le Conseil de sécurité rappelle « la nécessité pour toutes les parties au Darfour de mettre fin à la violence et aux atrocités » alors que « la poursuite de la violence au Darfour risquerait d'être ressentie dans le reste du pays ainsi que dans la région, y compris de nuire à la sécurité du Tchad », affirme une déclaration présidentielle prononcée aujourd'hui par le président du Conseil pour le mois d'avril, l'ambassadeur de la Chine Wang Guangya.

S'agissant du passage de la Mission de l'Union africaine au Soudan (MUAS) à une opération des Nations Unies, le Conseil a engagé « toutes les parties à prendre toutes les mesures qui s'imposent pour assurer une transition sans heurt et réussie vers une opération des Nations Unies d'ici » au 30 septembre 2006.

Pour ce faire, le Conseil a demandé au « États Membres et aux organisations internationales et régionales de fournir une assistance supplémentaire à la Mission des Nations Unies au Soudan (UNMIS selon son acronyme anglais) qui permette de la renforcer, conformément aux conclusions du rapport de la mission d'évaluation conjointe effectuée du 10 au 20 décembre 2005 ».

La souveraineté, l'unité, l'indépendance et l'intégrité territoriale du Soudan « ne seront pas remises en cause par la transition à une opération des Nations Unies », prend soin de préciser à cet égard la déclaration présidentielle.

La future opération de l'ONU devra ainsi avoir une « participation et un caractère africains marqués ».

Concrètement, le Conseil demande au Secrétaire général d'envoyer une mission d'évaluation sur le terrain d'ici au 30 avril 2006 afin de procéder « rapidement » à la planification préparatoire nécessaire pour un passage de la MUAS à une opération des Nations Unies, ainsi qu'il l'avait demandé dans sa résolution 1663 du 24 mars 2006 (dépêche du 27.03.06).

A cet égard, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hédi Annabi, est arrivé à Addis Abeba, en Ethiopie, pour des consultations avec les autorités de l'Union africaine et les bureaux de l'ONU concernant la transition à une force de l'ONU au Darfour, a annoncé aujourd'hui le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU, à New York.

Par ailleurs, sur le volet politique des négociations de paix sur le Darfour, le Conseil a salué le rôle de l'Union africaine, notamment la présence prochaine du Président de l'Union africaine et du Président du Nigéria qui viendront « à point nommé » prendre part aux pourparlers de paix sur le Darfour durant leur séjour à Abuja le 8 avril.

A cet égard, le Conseil a « fait sienne la décision du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine de fixer au 30 avril 2006 la date limite pour parvenir à un accord », réaffirmant qu'il est « résolu à amener à répondre de leurs actes ceux qui font obstacle au processus de paix et commettent des violations des droits de l'homme ».

Le porte-parole du Secrétaire général a aussi annoncé aujourd'hui que Salim Ahmed Salim, médiateur en chef de l'Union africaine sur les pourparlers de paix au Darfour, qui devait s'adresser au Conseil de sécurité cette semaine, viendrait désormais le 18 avril à New York.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.