Affaire des caricatures : le secrétaire général à Doha pour la prochaine réunion de l'Alliance des civilisations

20 février 2006

Afin de marquer son inquiétude face aux manifestations contre la publication des caricatures de Mahomet qui ont fait plusieurs dizaines de morts, le Secrétaire général a décidé aujourd'hui de participer en personne à la prochaine réunion de l'Alliance des civilisations, créée pour combattre les divisions entre le monde musulman et l'occident, le week-end prochain à Doha au Qatar.

« Le Secrétaire général espère rencontrer, à cette occasion, un grand nombre de leaders européens et musulmans pour discuter des différentes manières de calmer la situation et pour la construction d'un dialogue entre les peuples de différentes confessions et traditions, basé sur le respect mutuel et la compréhension », a annoncé aujourd'hui à New York son porte-parole, Stéphane Dujarric.

Au cours de leur seconde réunion, les membres du Groupe pour l'Alliance des civilisations aborderont notamment la question de savoir quels sont les segments de la population qui peuvent aider à combattre l'extrémisme chez les jeunes et dans la population immigrée, a précisé le porte-parole.

Créé par le Secrétaire général, le 14 juillet dernier, pour combattre les divisions entre les cultures, notamment entre le monde musulman et l'occident, qui menacent de manière potentielle la paix dans le monde, le Groupe pour l'Alliance des civilisations avait tenu sa première réunion de travail en novembre dernier à Majorque en Espagne.

Coprésidé par l'ancien directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), l'Espagnol Frederico Mayor, et le ministre et professeur de théologie turc Mehmet Aydin, le Groupe de haut niveau, dont la composition avait été annoncée le 2 septembre dernier, compte 19 membres.

Parmi eux figurent l'ancien président iranien Seyed Mohamed Khatami, l'ancien ministre des Affaires étrangères français Hubert Védrine et le conseiller spécial du roi Mohammed VI du Maroc André Azoulay.

Le président espagnol José Luis Rodriguez Zapatero et le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan sont à l'origine de cette initiative.

Interrogé sur la republication, la semaine dernière dans la presse européenne, des caricatures du prophète Mahomet qui ont provoqué une nouvelle vague de protestations violentes dans le monde musulman, le Secrétaire général avait déploré, le 9 février dernier, des actions qui « jettent de l'huile sur le feu » et appelé à faire preuve de responsabilité et de jugement.

Avec l'Union européenne et l'Organisation de la conférence islamique (OCI), le Secrétaire général avait déjà lancé, le 7 février dernier, un appel au calme et au dialogue, soulignant que si la liberté de la presse devait s'exercer avec responsabilité, les récentes attaques dépassaient les limites acceptables des protestations pacifiques.

Selon les informations parues dans la presse, les manifestations contre la publication de caricatures du prophète Mahomet en Europe continuaient lundi en Afghanistan, au Pakistan et au Népal. D'autres rassemblements ont dégénéré ce week-end en Libye et au Nigeria faisant de nombreux morts et blessés.

Après que les caricatures ont été republiées, les violences ont continué toute la semaine dernière dans le monde arabo-musulman.

Depuis le début des manifestations dans les pays musulmans, plus de 50 personnes auraient été tuées et au moins 300 auraient été blessées.

Les dessins avaient d'abord été publiés dans le journal danois Jyllands-Posten et dans le magasine norvégien Magazinet. Après que le journal danois a présenté des excuses, le 31 janvier dernier, les caricatures avaient été republiées dans plusieurs journaux européens, au nom de la liberté de la presse.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.