La grippe aviaire pourrait devenir endémique en Turquie, alerte la FAO

11 janvier 2006

Le virus de la grippe aviaire H5N1, hautement pathogène, pourrait « devenir endémique en Turquie et menacer les pays voisins », a mis en garde aujourd'hui l'agence des Nations Unies pour l'agriculture, rappelant à cette occasion que la coordination de la lutte est cruciale.

« Le virus pourrait se propager malgré les mesures de contrôle déjà prises », a prévenu Juan Lubroth, expert en santé animale, dans un communiqué publié aujourd'hui à Rome par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

« Hommes et animaux seront encore plus exposés si des mesures strictes ne sont pas prises pour isoler tous les sites où le virus de la grippe aviaire est présent », a insisté l'expert de la FAO.

En conséquence, la FAO a invité les pays voisins de la Turquie - Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Irak, Iran et Syrie - à rester en alerte et dépêché une équipe d'experts pour prêter main-forte aux autorités turques.

« La Turquie doit lancer une campagne nationale de lutte contre le virus. Elle doit s'appuyer sur des actions locales efficaces et transparentes. Les volailles infectées doivent être immédiatement signalées et toutes les mesures recommandées au niveau international devraient être appliquées dans les zones des foyers, y compris l'abattage, l'isolement strict et, si nécessaire, la vaccination », a indiqué Juan Lubroth.

« Les services vétérinaires devraient bénéficier de tout le soutien politique et des moyens financiers nécessaires pour pouvoir enquêter et signaler les cas suspects de grippe aviaire. Ils devraient veiller à ce que les propriétaires de volailles dans les régions les plus à risque soient bien renseignés sur les symptômes de la maladie et les mesures pour y faire face », a expliqué la FAO.

« Toutes les communautés rurales concernées par l'aviculture doivent être informées de la menace et suivre les pratiques agricoles et hygiéniques les plus rigoureuses pour empêcher le virus d'attaquer leurs élevages et éviter l'exposition de l'homme en cas de détection de la maladie », a ajouté l'agence.

« La circulation des volailles dans les zones où des foyers se sont déclarés devrait cesser, à moins qu'il ne soit autorisé par les vétérinaires. En outre, il est extrêmement dangereux d'offrir des volailles en cadeau durant la saison des fêtes, car cela représente un risque de propagation supplémentaire du virus », a-t-elle encore précisé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.