Condamnant l'Erythrée, le Conseil de sécurité décide le redéploiement de la MINUEE en Ethiopie

14 décembre 2005

Le Conseil de sécurité décidé aujourd'hui, en consultation avec le Secrétaire général, de redéployer temporairement de l'Érythrée vers l'Éthiopie les personnels civils et militaires de la Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE), suite à la décision de l'Erythrée d'expulser certains membres - Américains, Canadiens, Russes et Européens - de la Mission.

« Le Conseil a l'intention de maintenir une présence militaire de la MINUEE en Érythrée en attendant d'avoir pu examiner les perspectives futures de cette mission », a toutefois affirmé Emyr Jones Parry du Royaume-Uni et Président du Conseil de sécurité pour le mois de décembre, dans une déclaration présidentielle adoptée aujourd'hui au nom des 15 membres du Conseil.

« Le Conseil a approuvé cette décision dans le seul intérêt de la sécurité du personnel de la MINUEE. Le défaut de coopération des autorités érythréennes avec la MINUEE a créé sur le terrain une situation qui empêche cette mission de s'acquitter correctement de son mandat », a expliqué le président du Conseil.

Dans sa déclaration, le Conseil condamne de nouveau « vigoureusement les mesures et les restrictions inacceptables » imposées par l'Erythrée à la MINUEE, « qui ont très gravement compromis la capacité opérationnelle de la Mission et qui, si elles se prolongent, auront des implications pour son avenir ».

Le Conseil rappelle qu'il a exigé, dans sa résolution 1640 (2005), que « l'Érythrée annule ces restrictions et fournisse à la MINUEE l'accès, l'assistance, le soutien et la protection dont elle a besoin pour s'acquitter de sa tâche ».

« À cet égard, le Conseil a l'intention de revoir promptement avec le Secrétariat toutes les possibilités concernant la position et les fonctions de la MINUEE dans le contexte de ses objectifs originaux, de l'efficacité de son action et des différentes options militaires possibles », a ajouté le président.

« La position du Conseil sur la question fondamentale de l'exécution de la décision de la Commission du tracé de la frontière entre l'Érythrée et l'Éthiopie n'a pas changé et le Conseil souligne la nécessité et l'urgence de faire avancer l'exécution de cette décision », conclut la déclaration.

Dans une autre déclaration présidentielle, adoptée le 7 décembre dernier, le Conseil de sécurité avait exigé que l'Erythrée revienne « immédiatement » sur sa décision « inacceptable » d'expulser certains membres du personnel de la Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE) – Américains, Canadiens, Russes et Européens (voir notre dépêche du 7 décembre 2005).

Le Secrétaire général avait également condamné le même jour la décision prise par le gouvernement érythréen (voir la dépêche) du 7 décembre 2005).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.