Haïti : la MINUSTAH enquête sur des accusations d'abus commis par des casques bleus

9 décembre 2005

La Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) indique aujourd'hui avoir été saisie d'allégations mettant en cause certains casques bleus lors d'incidents survenus le 31 octobre 2005 à l'usine Larco et aux alentours, dans la zone de Sarthe/Cazeau, dans la région métropolitaine de Port-au-Prince.

« Une équipe d'enquête conjointe composée d'enquêteurs de la force militaire, des sections de la sécurité, des droits de l'homme et de l'UNPOL a immédiatement été constituée, et a effectivement mené ses investigations sur le terrain. Plusieurs témoins et présumés victimes et auteurs ont été entendus. Un rapport d'enquête préliminaire a été soumis au Représentant spécial du Secrétaire général », indique un communiqué de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) paru aujourd'hui à Port-au-Prince.

« Ce rapport a fait ressortir des éléments probants laissant croire que les militaires de la MINUSTAH ont réagi de manière excessive et procédé à des fouilles à corps inappropriées à l'égard de la population concernée. Conformément au règlement intérieur des Nations Unies, une commission d'enquête disciplinaire est mise en place et les décisions qui seront issues de ce processus feront l'objet d'une communication ultérieure ».

« La MINUSTAH tient à réitérer en cette occasion son engagement résolu à appliquer la politique de tolérance zéro pour tous les cas avérés de mauvaise conduite de la part des personnels évoluant sous la bannière des Nations Unies ».

Le respect, l'assistance et la protection des personnes et des institutions qu'elle représente constituent une priorité absolue dans l'édification d'un Etat de droit en Haïti, réaffirme la MINUSTAH.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.