Le Secrétaire général appelle à lutter contre l'extrémisme de toutes les religions

14 novembre 2005

Kofi Annan a appelé aujourd'hui, dans un message transmis par son Conseiller Lakhdar Brahimi, lors d'une conférence qui s'est tenue à Vienne sur l'Islam et le pluralisme, à s'unir pour lutter contre l'extrémisme de tous bords et à répondre à la logique de la violence par celle de l'ouverture.

« Il faut manifestement que nous apprenions à oublier nos préjugés collectifs » et à promouvoir un dialogue « fondé sur le principe que la diversité est un précieux cadeau et non pas une menace », a déclaré aujourd'hui, au nom de Kofi Annan, Lakhdar Brahimi, Conseiller spécial du Secrétaire général, lors d'une conférence organisée à Vienne sur le thème de l'« Islam dans un monde pluraliste ».

« Nous devons nous éduquer nous-mêmes comme nos sociétés à dépasser les stéréotypes à l'égard de l'autre et à éviter des catégorisations simplistes qui exacerbent les malentendus et empêchent de résoudre les véritables problèmes », a ajouté le Secrétaire général dans son message, transmis aujourd'hui par le bureau des Nations Unies à Vienne.

Kofi Annan a aussi appelé à « unir nos efforts pour combattre l'extrémisme, malheureusement en croissance, non seulement dans le cadre de l'Islam mais parmi les croyants de nombreuses religions ».

« Les grandes religions ont toutes des traditions pluralistes et pourtant, nombre de leurs adhérents succombent à l'extrémisme », a-t-il déploré.

« Nous devons répondre aux extrémistes, mais pas de la même façon qu'eux. Si nous répondons à la violence par la violence, à l'anathème par l'anathème, à l'exclusion par l'exclusion, nous accepterons la logique de ceux que nous souhaitons voir échouer, en contribuant ainsi à les aider à convertir de nouvelles recrues à leurs idées », affirme le message.

« Nous devons au contraire leur répondre avec notre propre logique – celle de la paix, de la réconciliation, de l'ouverture et du respect mutuel », a proposé Kofi Annan, qui a rappelé le lancement de l'« Alliance des civilisations », à l'initiative des premier ministres de l'Espagne et de la Turquie.

Marie Okabe, porte-parole adjointe du Secrétaire général a précisé aujourd'hui, au siège de l'ONU à New York, que le Secrétaire général avait nommé à la direction de « l'Alliance des civilisations » Tomas Mastnak qui prendra ses fonctions en décembre.

La session inaugurale du groupe de haut niveau pour « l'Alliance des civilisations » aura lieu en Espagne le 27 novembre prochain. Le Secrétaire général y sera représenté par son Conseiller spécial sur l'Alliance des civilisations, Iqbal Riza, a ajouté la porte-parole.

A l'ouverture de la réunion organisée aujourd'hui par le gouvernement autrichien, la ministre des Affaires étrangères Ursula Plassnik a souligné que « les relations entre le monde musulman et non musulman étaient au centre des débats privés comme publics ».

« Avec la mondialisation, il existe des points de contacts de plus en plus étroits entre cultures et civilisations ». Mais « parallèlement, la méfiance et la violence sont en croissance, au niveaux régional et mondial, et notamment en Europe, où un nombre grandissant de Musulmans cherchent leur place dans la société », a-t-elle ajouté.

Parmi les participants à la conférence figuraient notamment le président de l'Afghanistan, Hamid Karzai, le président de l'Iraq, Jalal Talabani, l'ancien président de l'Iran Mohammad Khatami, la prix Nobel de la paix iranienne 2003 Shirin Ebadi, le secrétaire général de l'Organisation de la Conférence islamique (OCI), Ekmeleddin Ihsanoglu et l'archevêque de Vienne, ainsi que le cardinal Christoph Schönborn et le Patriarche œcuménique Bartholomée I d'Istanbul.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.