Accord entre la FAO et la Commission européenne pour lutter contre la fièvre aphteuse

1 septembre 2005

La Commission européenne et l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation ont signé aujourd'hui un accord portant sur 4,5 millions d'euros pour lutter contre la fièvre aphteuse qui reste une menace en Europe.

« L'objectif est de prévenir l'incursion en Europe du virus de la fièvre aphteuse de zones infectées comme la région du Caucase, l'Iran, l'Irak ou la Turquie », indique un communiqué de l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), publié aujourd'hui à Rome.

« Le virus est actuellement présent dans 60 pays, notamment en Afrique subsaharienne, Asie et Amérique latine », ajoute l'agence des Nations Unies.

« Les fonds de la Commission européenne nous permettront d'améliorer le contrôle et la lutte dans les pays à partir desquels la fièvre aphteuse pourrait se propager en Europe. Il convient surtout de renforcer leurs services vétérinaires », a déclaré Keith Sumption, Secrétaire de la Commission européenne de lutte contre la fièvre aphteuse.

Grâce à ce nouvel apport de fonds, la FAO sera en mesure de dépêcher dans les 24 heures des missions d'évaluation et d'assistance technique dans les pays affectés, précise-t-il.

En outre, affirme le communiqué, la Commission européenne de lutte contre la fièvre aphteuse mettra en place un réseau de formation paneuropéen pour améliorer les dispositifs d'alerte et de surveillance au niveau national.

Selon Keith Sumption, la Turquie, où la fièvre aphteuse est largement répandue, a réussi avec l'aide de la FAO et de la Commission européenne à circonscrire la maladie à l'ouest du Bosphore au cours des trois dernières années. Elle s'apprête maintenant à lancer un programme décennal et national.

La dernière flambée de fièvre aphteuse a eu lieu au Royaume-Uni en 2001, causant des dégâts s'élevant à 13 milliards d'euros.

La maladie de la fièvre aphteuse, fortement contagieuse, n'est pas contractée par les humains. Elle se transmet par contact entre animaux vivants - animaux à sabots fendus notamment les bovins, les buffles, les porcs, les moutons et les chèvres. Elle se répand aussi en nourrissant les porcins avec de la viande infectée non cuite.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.