Assassinat Hariri : la Commission d'enquête va demander une prorogation de son mandat

1 septembre 2005
Rafic Hariri (archives)

Le chef de la Commission d'enquête indépendante sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri et de 20 autres personnes, le 14 février dernier à Beyrouth, va demander une prorogation de son mandat pour lui permettre d'achever son travail.

Detlev Mehlis, chef de la Commission d'enquête indépendante, a déclaré aujourd'hui, lors d'une conférence de presse donnée à Beyrouth, que la Commission avait enregistré des progrès sur plusieurs fronts mais que l'enquête n'était pas achevée, a rapporté le porte-parole du Secrétaire général, lors de son point quotidien avec la presse au siège de l'ONU à New York.

La Commission a identifié et interrogé cinq suspects dont les dépositions sont à l'examen, a précisé Detlev Mehlis.

Le 30 août dernier, le chef de la Commission avait annoncé l'arrestation de trois anciens chefs des services de renseignements et de sécurité et un ancien parlementaire du Liban (voir notre dépêche du 30 août 2005). Une cinquième personne, un ancien général, a également été convoquée.

La Commission Melhis est pleinement opérationnelle depuis le 16 juin dernier (voir notre dépêche du 16 juin 2005).

Elle a été décidée le 7 avril dernier par la résolution 1595 du Conseil de sécurité (voir notre dépêche du 7 avril 2005) dans le but d'identifier les auteurs, commanditaires, organisateurs et complices de l'attentat terroriste.

Le Conseil avait donné à la Commission un mandat de trois mois, à compter de la date à laquelle elle serait pleinement opérationnelle, soit jusqu'à mi-septembre. Il était prévu que ce délai puisse être prolongé de trois mois par le Secrétaire général.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.