AIEA/Iran : Mohamed ElBaradei appelle à la retenue

9 août 2005

A la demande de l'Allemagne, de la France et du Royaume-Uni, l'agence des Nations Unies pour l'énergie atomique tenait aujourd'hui une session spéciale sur la reprise par l'Iran de son programme d'enrichissement de l'uranium, qui laisse planer des doutes sur ses intentions pacifiques.

Le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Mohamed ElBaradei, a déclaré aujourd'hui espérer que les derniers évènements en Iran n'étaient « qu'un hoquet dans le processus et pas une rupture définitive ».

Il a appelé toutes les parties à faire preuve de la plus grande retenue, à éviter toute mesure unilatérale et à poursuivre le processus de négociation.

Mohamed El Baradei avait confirmé aujourd'hui la reprise des opérations d'enrichissement de l'uranium par l'Iran (voir notre dépêche du 8 août 2005).

Selon les informations parues dans la presse, la France a appelé à une « position unie de la communauté internationale » face au rejet par l'Iran de la proposition des trois pays européens, l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni.

Estimant que « les prétextes avancés pour la refuser » n'étaient « pas convaincants », la France soulignait que « s'agissant de la reprise des activités de production de matières fissiles, l'Iran n'a jamais pu expliquer la nécessité de procéder à la conversion et à l'enrichissement de l'uranium, dans un pays où il n'y a pas de réacteur de production d'électricité ».

Aujourd'hui, le Président du Conseil de sécurité pour le mois d'août, Kenzo Oshima, du Japon, a indiqué lors d'un point de presse au siège de l'ONU, à New York, que le Conseil suivait avec attention la réunion de l'AIEA, « sans vouloir préjuger de son issue ».

Voir notre dépêche d'aujourd'hui sur la déclaration du Secrétaire général.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.