Bilan mitigé pour le budget de l'ONU, selon le contrôleur des Nations Unies

13 mai 2005

Lors d'un exposé à la Commission budgétaire de l'Assemblée générale, Warren Sach, Contrôleur des Nations Unies, a dépeint hier un « tableau mitigé » de la situation financière de l'ONU, qui « reste fragile au 31 décembre 2004 ». Le budget des opérations de maintien de la paix a doublé alors qu'au 30 avril 2005, 18 États Membres seulement avaient payé la totalité de leurs contributions au titre du maintien de la paix, du budget ordinaire et des tribunaux pénaux internationaux.

Lors d'un exposé à la Commission budgétaire de l'Assemblée générale, Warren Sach, Contrôleur des Nations Unies, a dépeint hier un « tableau mitigé » de la situation financière de l'ONU, qui « reste fragile au 31 décembre 2004 ». Le budget des opérations de maintien de la paix a doublé alors qu'au 30 avril 2005, 18 États Membres seulement avaient payé la totalité de leurs contributions au titre du maintien de la paix, du budget ordinaire et des tribunaux pénaux.

« Dans un contexte marqué par un doublement du budget des opérations de maintien de la paix (OMP), passé de 2,26 à 5,154 milliards de dollars entre 2003 et 2004, le budget ordinaire en 2004 se limite à 1,483 milliard, soit une augmentation de 5,25% par rapport à 2003, et celui des deux tribunaux pénaux internationaux passent de 217 à 273 millions de dollars », indique un communiqué de l'ONU publié hier à New York.

Il a invité les États Membres à faire de plus grands efforts pour honorer, dans leur totalité et à temps, leurs obligations financières envers les Nations Unies en notant que seulement 124 pays avaient fait ce pas au 31 décembre 2004, alors qu'ils étaient respectivement 143 et 138 en l'an 2000 et 2001.

Si la totalité des contributions et quotes-parts dues par les États Membres au 31 décembre 2003 étaient de 1,6 milliard au 31 décembre 2003 -le niveau le plus bas depuis 1993– ce montant a pratiquement doublé au 31 décembre 2004 pour atteindre 2,957 milliards, dont 357 millions au titre du budget régulier, 30 millions au titre des tribunaux pénaux internationaux et 2,57 milliards au titre des opérations de maintien de la paix.

Le Contrôleur a précisé que les États-Unis et le Japon cumulaient à eux seuls 57% des montants dus au titre des opérations de maintien de la paix, soit un total de 1,5 milliard; l'Ukraine, la France, la Chine et l'Allemagne devant chacune environ 100 millions.

Même si le montant total des contributions non acquittées a presque doublé par rapport à l'année 2003, les soldes de trésorerie en fin d'exercice sont plus importants que fin 2003 (1,336 milliard) pour atteindre 1,782 milliard au 31 décembre 2004 se divisant comme suit: 1,585 milliard au titre des OMP, 192 millions au titre du budget régulier et 5 millions au titre des tribunaux internationaux pour le Rwanda et l'ex-Yougoslavie, a-t-il expliqué.

Il a indiqué qu'au 30 avril 2005, 18 États Membres avaient payé la totalité de leurs contributions au titre des OMP, du budget ordinaire et des tribunaux pénaux internationaux: l'Autriche, l'Azerbaïdjan, le Canada, la République tchèque, le Danemark, l'Estonie, la Finlande, la Hongrie, le Liechtenstein, Monaco, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, le Singapour, la Slovaquie, l'Afrique du Sud, la Suède et la Suisse. De plus, a précisé M. Sach, la France et le Royaume-Uni ont été ajoutés à cette liste en mai.

M. Sach s'est particulièrement félicité de l'amélioration de la situation financière des tribunaux internationaux. L'année dernière, une crise financière menaçait gravement leur mission. Rappelant que 113 États devaient un montant de 80 millions de dollars au 15 octobre 2004, il a indiqué que cette somme avait pu être ramenée à 30 millions de dollars au 31 décembre 2004, ce qui avait permis de lever le gel du recrutement imposé précédemment. Le contrôleur a saisi cette occasion pour remercier les 88 États Membres ayant versé de façon intégrale leur contribution aux tribunaux en 2004. Il a noté que sur les 103 pays qui devaient toujours des contributions à au moins un des deux tribunaux, 12 n'avaient jamais versé la moindre contribution depuis la création de ces tribunaux, à savoir, selon le diagramme distribué: la République centrafricaine, les Comores, la Géorgie, la Guinée-Bissau, l'Iraq, le Libéria, le Myanmar, le Niger, la Serbie-et-Monténégro, la Somalie, le Tadjikistan et le Yémen.

Au 30 avril 2005, 43 pays avaient payé leur contribution en totalité –contre 37 au 30 avril 2004– et le total des sommes restant dues était de 174 millions contre 150 millions de dollars au 30 avril 2004. Il s'est félicité que le solde des liquidités disponibles était positif au 31 décembre, soit 5 millions de dollars, cumulant un résultat positif de 10 millions pour le Tribunal pour l'ex-Yougoslavie et un déficit de 5 millions pour le Tribunal pour le Rwanda.

Rappelant que les projections d'octobre 2004 prévoyaient une augmentation des sommes dues aux pays contributeurs de contingents et de matériel de 439 millions de dollars à 605 millions de dollars, M. Sach a indiqué que la situation était meilleure que prévue puisque ce montant ne s'était élevé qu'à 549 millions de dollars. Néanmoins, il a estimé qu'il augmenterait de plus de 79 millions de dollars au courant de l'année 2005 en raison du déploiement supplémentaire de la MONUC, du plein déploiement de la MINUSTAH, de l'ONUB et de l'ONUCI et du démarrage de l'UNMIS.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.