Le Secrétaire général s'est réuni avec le personnel de l'ONU pour discuter de la réforme de l'Organisation

5 avril 2005

Au cours d'une réunion avec le personnel de l'ONU, le Secrétaire général a abordé la question de la réforme, soulignant que les Nations Unies devaient être plus pertinentes pour faire face aux défis du 21e siècle et regrettant que les allégations autour du programme pétrole contre nourriture aient jeté une ombre sur le système des Nations Unies dans son ensemble.

Après la publication le 20 mars dernier de son Rapport intitulé « Dans une liberté plus grande: vers le développement, la sécurité et les droits de l'homme pour tous » », le Secrétaire général a abordé avec les membres du personnel de l'ONU la réforme de l'Organisation au cours d'une réunion qui s'est tenue aujourd'hui dans la salle de l'Assemblée générale.

Kofi Annan a rappelé que les réformes proposées dans son rapport étaient « audacieuses mais réalisables » et exhorté les chefs de gouvernement à agir lorsqu'ils viendraient à New York au mois de septembre prochain pour un sommet sur la mise en œuvre des objectifs du Millénaire pour le développement (voir nos dépêches du 20 mars 2005 sur le rapport).

Il a déclaré qu'il était important pour les Nations Unies « d'aller de l'avant » et de « devenir plus pertinentes face aux défis du 21e siècle ».

Au cours de cette réunion - la 10e du genre, la précédente avait eu lieu après l'attentat du quartier général de l'ONU à Bagdad le 19 août 2003 -, le Secrétaire général a également répondu aux préoccupations soulevées par le deuxième rapport intérimaire de la Commission d'enquête indépendante (CEI) sur le Programme « pétrole contre nourriture ».

Le Secrétaire général a ainsi abordé les allégations autour du programme pétrole contre nourriture qui ont, selon lui, jeté « une ombre sur nous tous ».

Il a rappelé à ce propos que les Nations Unies souhaitaient établir une commission de surveillance pour s'assurer que les recommandations du Bureau des services de contrôle interne soient mises en œuvre. Il a ajouté que cette commission établirait un conseil qui aurait la tâche d'évaluer les performances de gestion ainsi que des directives sur la façon d'accueillir les alertes lancées par les membres du personnel qui attirent l'attention sur un problème.

Le 29 mars dernier, le deuxième rapport intérimaire de la Commission d'enquête indépendante (CEI) sur les allégations autour du programme des Nations Unies Pétrole contre nourriture et plus particulièrement sur l'attribution par l'ONU d'un marché à la société suisse Cotecna pour laquelle travaillait son fils Kojo Annan, parvenant à la conclusion que Kofi Annan n'avait commis aucune faute dans l'attribution de ce marché par l'ONU (voir nos dépêches du 29 mars 2005).

La CEI avait remis son premier rapport le 3 février dernier (voir notre dépêche du 3 février 2005).

Le Secrétaire général a aussi réitéré son soutien à la Commission d'enquête indépendante menée par Paul Volcker, l'ancien chef de la Réserve fédérale des Etats-Unis, qui selon lui ira jusqu'au bout des allégations qui entourent le programme.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.