FAO : des experts marocains au Niger pour améliorer la sécurité alimentaire

FAO : des experts marocains au Niger pour améliorer la sécurité alimentaire

media:entermedia_image:cb350beb-06c0-4a5b-a46c-6992d4666f8a
Dans le cadre d'un accord entre le Maroc et le Niger, la Banque islamique de développement et l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture, qui soutient la « coopération Sud-Sud », le Maroc dépêchera au Niger 27 experts et techniciens agronomes pour travailler avec leurs homologues locaux.

« Les experts marocains travailleront au Niger pendant trois ans, offrant leur savoir-faire dans les domaines de la maîtrise de l'eau, de l'intensification durable des systèmes de cultures et de la diversification de la production, l'accent étant mis sur l'élevage et la pêche artisanale », indique un communiqué de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) publié aujourd'hui à Rome.

Cet accord fait partie du Programme de coopération Sud-Sud de la FAO, une initiative mondiale visant au renforcement de la coopération entre pays en développement et pays moins avancés en vue d'améliorer la productivité agricole et d'assurer l'accès de tous à l'alimentation.

Le Programme de coopération Sud-Sud fait partie du Programme spécial pour la sécurité alimentaire (PSSA) de la FAO. Il vise à améliorer les conditions de vie dans les pays les plus pauvres de la planète grâce à l'augmentation rapide de la production alimentaire, à l'amélioration de l'accès à la nourriture et à la réduction de la vulnérabilité face aux caprices du climat, notamment les sécheresses ou les inondations.

A ce jour, le PSSA est opérationnel dans plus de 100 pays alors que le Programme de coopération Sud-Sud est en cours d'exécution dans 31 pays avec plus de 700 experts et techniciens agronomes oeuvrant dans des communautés rurales, indique le communiqué.

« Un des nombreux mérites du Programme est son faible coût. En effet, les dépenses sont partagées par le pays donateur, le pays bénéficiaire et les institutions de financement ou d'autres pays donateurs ainsi que par la FAO », précise l'agence de l'ONU.