10 000 hommes pour les troupes de l'Union africaine et pour la sécurité au Darfour, demande Jan Egeland

9 mars 2005

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la communauté internationale est présente au Darfour avec plus de 10 000 personnes et l'Union africaine, qui compte actuellement 2 000 hommes est efficace, selon le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires qui appelle au renforcement immédiat des troupes sur le terrain pour qu'elles puissent assurer la sécurité au Darfour.

Lors d'une conférence de presse donnée au Siège de l'ONU à New York, à l'issue d'une tournée de quatre jours au Soudan, Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, a appelé aujourd'hui au renforcement urgent des troupes de l'Union africaine (UA) au Darfour, sous peine de voir le nombre de personnes déplacées passer de 2 millions actuellement à 3 ou 4 millions.

Jan Egeland a démenti « la persistance du mythe selon lequel personne ne fait rien au Darfour ».

« Rien n'est plus faux, ce n'est pas le Rwanda. Nous avons maintenant plus de 10 000 personnels - employés de l'ONU, travailleurs humanitaires, membres des ONG, de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge - présents au Darfour. Au Rwanda, la communauté internationale était partie honteusement quand la population était dans le plus grand besoin », a-t-il affirmé.

Selon le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, les camps de personnes déplacées - comme celui de Kalma, au Sud Darfour, qui abrite aujourd'hui plus de 100.000 personnes - sont désormais relativement sûrs et c'est pourquoi leur population ne cesse de grossir.

« Malheureusement, c'est là que s'arrêtent les bonnes nouvelles pour le Darfour », a-t-il ajouté.

« Si vous sortez des camps, les meurtres continuent, les femmes sont systématiquement victimes de violences et de viols ». « Des villages ont encore été rasés en décembre et janvier dernier, de nombreux mois après que le gouvernement s'était engagé, dans un accord avec le secrétaire général, à mettre fin à ces actes et à contrôler les milices », a-t-il rappelé.

Selon Jan Egeland, « l'autre mythe qui persiste est que l'Union africaine est impotente et ne fonctionne pas ». « L'Union africaine est un incroyable succès, là où elle se trouve et là où elle a été déployée », a rappelé le Secrétaire général adjoint.

« Mais ce n'est pas 2 000 soldats et policiers qu'ils auraient fallu déployer, c'est 10 000. L'Union africaine aurait du être aussi importante que l'aide humanitaire », a-t-il précisé.

« Si nous parvenions à avoir une force de l'UA conséquente sur place, les meurtres diminueraient certainement, ainsi que les violences sexuelles », a-t-il estimé, alertant que « sans une stabilisation de la situation, le nombre des personnes déplacées risquait de passer bientôt de 2 millions actuellement à 3 ou 4 millions ».

Jan Egeland s'est aussi vivement inquiété du manque d'attention donnée par la communauté internationale à la réhabilitation et au développement du Sud-Soudan, où une longue guerre civile a officiellement pris fin en janvier dernier.

Il a notamment déploré que 5% seulement de l'aide promise, sur les 563 millions promis, aient été reçus jusqu'à présent.

Le Darfour est depuis février 2003 en proie à la guerre civile et à une grave crise humanitaire.

image• Retransmission de la Conférence de presse de Jan Egeland[57mins]

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.