Côte d'Ivoire : le Secrétaire général appelle les parties à freiner les milices

2 mars 2005

Après l'attaque menée contre les Forces nouvelles en Côte d'Ivoire le 28 février dernier, le Secrétaire général a appelé toutes les parties à freiner les milices et a rappelé à leurs chefs qu'ils seront tenus pour responsables de toute attaque préméditée et soumis aux sanctions envisagées dans la résolution 1572 du Conseil de sécurité.

Le Secrétaire général s'est déclaré aujourd'hui « très préoccupé par la multiplication récente d'incidents graves dans et autour de la Zone de confiance en Côte d'Ivoire, dont le point culminant a été l'attaque menée, le 28 février, par quelque 100 'jeunes' armés contre les Forces nouvelles », indique un communiqué de son porte-parole publié aujourd'hui à New York.

« Les troupes de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) se sont rapidement déployées dans la région et ont repris le contrôle de la ville. Au cours de cette intervention, un soldat de la paix bangladais a été gravement blessé et quelque 70 jeunes armés ont été capturés et désarmés par l'ONUCI », rappelle le communiqué.

Dans son message, le Secrétaire général rappelle aux parties que « tout doit être fait pour coopérer sérieusement avec la médiation de l'Union africaine conduite par le Président Mbeki d'Afrique du Sud qui est pleinement appuyé par les Nations Unies et pour éviter toute action qui pourrait contribuer à la détérioration de la situation sur le terrain ».

À cet égard, le Secrétaire général appelle les parties à « freiner toutes les milices et à rappeler à leurs chefs et à ceux qui les suivent, qu'ils seront tenus responsables de toute attaque préméditée, y compris par le biais des mesures envisagées dans la résolution 1572 du Conseil de sécurité ».

Dans un communiqué publié lundi 28 février à Abidjan, l'ONUCI annonçait être intervenue pour rétablir la sécurité à Logoualé, à environ 15 km au sud-ouest de Man, suite à une attaque lancée par un groupe d'hommes armés contre un poste de contrôle des Forces Nouvelles (voir notre dépêche du 28 février 2005).

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Côte d'Ivoire par intérim, Alan Doss et le Commandant de la Force de l'ONUCI, le général Aboulaye Fall, ont rencontré hier le Président Laurent Gbagbo afin de lui rendre compte de la situation à Logoualé, a par ailleurs informé hier la Mission de l'ONU.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.