Kofi Annan nomme Pierre Schori, de la Suède, à la tête de la Mission en Côte d'Ivoire

28 février 2005

Le Secrétaire général a choisi l'ancien Représentant permanent à l'ONU de la Suède, Pierre Schori, pour remplacer Albert Tévoédjrè à la tête de l'Opération de l'ONU en Côte d'Ivoire (ONUCI), à l'heure où cette dernière dénonce une opération armée contre les Forces Nouvelles, qui risque de faire « peser des menaces inutiles sur le processus de paix ».

Le Secrétaire général a choisi l'ancien Représentant permanent à l'ONU de la Suède, Pierre Schori, pour remplacer Albert Tévoédjrè à la tête de l'Opération de l'ONU en Côte d'Ivoire (ONUCI), à l'heure où cette dernière dénonce une opération armée contre les Forces Nouvelles, qui risque de faire « peser des menaces inutiles sur le processus de paix ».

« Le Secrétaire général a informé les membres du Conseil de sécurité de son intention de nommer au poste de Représentant spécial pour la Côte d'Ivoire l'ex Représentant permanent de la Suède à l'ONU, Pierre Schori », a informé aujourd'hui le porte-parole du Secrétaire général, Fred Eckhard, lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York.

Selon le porte-parole, le Conseil de sécurité devrait répondre à cette lettre mercredi dans la journée.

Le précédent Représentant spécial pour la Côte d'Ivoire, Albert Tévoédjrè, avait démissionné de son poste à la tête de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire ( ONUCI ) le 24 novembre 2004, cette décision devant être effective à la fin du mois de janvier (voir notre dépêche du 6 décembre 2005).

Par ailleurs, l'ONUCI annonce dans un communiqué être intervenue aujourd'hui pour « rétablir la sécurité à Logoualé (carte), à environ 15 km au sud-ouest de Man, suite à une attaque lancée tôt le matin par un groupe d'hommes armés contre un poste de contrôle des Forces Nouvelles ».

« Soixante-huit éléments armés ont été retenus et seront remis aux autorités locales. Des armes et des munitions ont été également saisies » suite à cette intervention, précise l'ONUCI qui indique en outre avoir « alerté aussitôt l'Opération Licorne », l'opération militaire dirigée par la France en Côte d'Ivoire, et que des « dispositions sont en cours pour assurer l'élargissement de la zone de sécurité ».

« L'ONUCI déplore cette attaque et estime qu'elle pourrait faire peser des menaces inutiles sur le processus de paix à un moment où la communauté internationale et notamment la médiation sud-africaine ainsi que tous les acteurs du conflit ivoirien déploient des efforts pour aboutir à une solution politique de la crise », précise le communiqué.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.