L'actualité mondiale Un regard humain

Conférence des donateurs sur le tsunami : une occasion de transformer les promesses en dons

Conférence des donateurs sur le tsunami : une occasion de transformer les promesses en dons

media:entermedia_image:41c6843d-b262-4ed6-90a7-043890603bf4
A la veille de la conférence des donateurs qui se tiendra demain à Genève sur le financement de l'aide aux pays dévastés par le tsunami, les efforts pour atteindre toutes les zones sinistrées continuent sur le terrain et seront facilités par l'ouverture d'une base aérienne humanitaire en Malaisie, qui devrait permettre de décongestionner les deux aéroports de Sumatra.

« Une conférence des donateurs - à laquelle participeront une trentaine de ministres des pays contributeurs, les pays sinistrés, les institutions internationales et les organisations humanitaires - se tiendra demain mardi 11 janvier au Siège de l'ONU à Genève pour définir les besoins prioritaires - immédiats et à plus long terme – en Asie du Sud », a indiqué aujourd'hui le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors d'un point avec la presse au Siège de l'ONU à New York, précisant que les Etats Membres seraient, à cette occasion, invités « à annoncer de nouvelles donations à travers les canaux bilatéraux et multilatéraux ».

Espérant concrétiser les promesses de dons qui ont été faites depuis le 26 décembre, Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, fera au cours de cette Conférence un point sur les contributions pour l'aide humanitaire et sur les activités des Nations Unies en Asie du Sud, a ajouté le porte-parole. Les promesses faites par plus de 45 pays, le secteur privé et des agences de l'ONU, s'élèvent maintenant à plus de 3 milliards de dollars.

Le Secrétaire général avait lancé jeudi dernier un appel de fonds consolidé de 977 millions de dollars pour couvrir les efforts, jusqu'au mois de juin 2005, de quelque 40 agences des Nations Unies et de centaines d'organisations non gouvernementales (ONG) qui viendront en aide essentiellement aux populations de l'Indonésie, des Maldives, du Myanmar, des Seychelles, de la Somalie et du Sri Lanka (voir notre dépêche du jeudi 6 janvier).

Robert Smith, porte-parole du Bureau des affaires humanitaires à Genève, avait rappelé, la semaine dernière, que l'appel de fonds constituait davantage un « plan d'action » qu'un « appel » dans la mesure où les promesses de dons étaient déjà là. Il avait par ailleurs indiqué que les surplus de dons iraient aux efforts de reconstruction qui commenceront après l'aide humanitaire.

Exhortant de nouveau à ce que les promesses de dons se transforment en dons réels, lors d'une conférence de presse donnée dimanche 9 janvier à Colombo (voir notre dépêche d'aujourd'hui), Kofi Annan a estimé que « la Conférence de Genève constituerait un premier test » et espéré que « le 'quasi milliard' de dollars demandé soit reçu ce 11 janvier ».

Quant à l'aide humanitaire sur le terrain, Kevin Kennedy, chef du service des urgences humanitaires au Bureau de la Coordination des Affaires humanitaires, a rappelé aujourd'hui, lors de son point avec la presse au Siège de l'ONU à New York, que les choses avançaient même si les problèmes logistiques continuaient de se poser.

Aux Maldives, où le défi est d'acheminer l'aide humanitaire simultanément dans 200 îles, un navire militaire américain transportant équipements et véhicules est attendu demain, a indiqué le chef du service des urgences humanitaires.

En Indonésie, qui reste le cœur de la crise, l'aide humanitaire n'a pas encore pu atteindre toutes les zones sinistrées mais la route qui longe la côte ouest de Sumatra (carte), qui devrait bientôt être rouverte, va accélérer les efforts humanitaires.

Au Sri Lanka (carte), le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé qu'il avait atteint ce week-end les 750 000 personnes qui nécessitaient une aide alimentaire immédiate (voir le communiqué de l'agence rendu public samedi 8 janvier à Colombo).

Le PAM s'est par ailleurs félicité aujourd'hui « de l'établissement d'une base aérienne humanitaire en Malaisie dédiée aux Nations Unies et aux autres organisations impliquées dans l'acheminement des produits de première nécessité dans les régions les plus touchées », a indiqué le porte-parole du Secrétaire général précisant que « l'établissement de cette nouvelle base aérienne, qui sera gérée notamment par le PAM et le Service aérien des Nations Unies pour les affaires humanitaires, permettra de décongestionner les deux aéroports de Sumatra ».

Le Bureau de la Coordination des affaires humanitaires a confirmé aujourd'hui la mort de 160 000 personnes du fait du raz-de-marée qui a frappé l'Asie du Sud le 26 décembre 2004, dont 115 000 en Indonésie et 37 000 au Sri Lanka.

image Retransmission de la conférence de presse de Kevin Kennedy (après le point-presse du porte-parole)[52mins]

Dossier spécial 'tsunami' sur le site de l'ONU