Mort d'un casque bleu : appel à la retenue à la frontière Israël-Liban

10 janvier 2005

Le Secrétaire général de l'ONU a déploré la mort d'un observateur militaire français et les blessures causées à un soldat suédois de la Force d'interposition des Nations Unies au Liban, touchés par des tirs israéliens en riposte à une attaque du Hezbollah, basé au Liban, dans laquelle un soldat israélien a été tué et trois autres blessés. Kofi Annan a exhorté les parties à garder la plus grande retenue.

« Le Secrétaire général s'est dit profondément attristé d'apprendre la mort d'un observateur militaire français des Nations Unies, lors d'un incident survenu hier lors d'une patrouille le long de la Ligne bleue, au cours duquel un Suédois a également été blessé » indique un message transmis aujourd'hui par son porte-parole, dans lequel il exprime ses plus sincères condoléances à la famille du défunt.

« Les observateurs ont été touchés par les tirs d'un tank et d'une mitrailleuse des Forces de défense israéliennes, en riposte à une attaque à la bombe perpétrée par le Hezbollah contre une patrouille israélienne dans les fermes de Chebaa, du côté israélien de la Ligne bleue », explique le message qui précise qu'un soldat israélien a été tué et trois autres blessés dans l'attaque commise par le Hezbollah.

Dans son message, le Secrétaire général « condamne l'escalade militaire le long de la Ligne bleue » et rappelle aux deux parties qu'elles ont la responsabilité d'assurer la sécurité du personnel de l'ONU déployé dans la région.

Kofi Annan a également exhorté Israël et le Liban à faire preuve « de la plus grande retenue » et à ne pas mettre en péril le « calme relatif qui a prévalu ces six derniers mois le long de la Ligne bleue ».

Le Hezbollah, mouvement chiite libanais soutenu par la Syrie et l'Iran, considère que la zone des fermes de Chebaa appartient au Liban alors que le Conseil de sécurité de l'ONU a constaté qu'Israël avait entièrement rempli son obligation de se retirer du territoire libanais.

Cette attaque intervient au lendemain de l'élection présidentielle palestinienne, dont Kofi Annan a espéré aujourd'hui qu'elle ouvrait des perspectives de paix en vue de la création d'un Etat palestinien (voir notre dépêche d'aujourd'hui).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.