FAO : la production céréalière atteint des records

9 décembre 2004

La production céréalière mondiale devrait atteindre un record de 2,4 milliards de tonnes en 2004, ce qui se traduira par une hausse des stocks céréaliers pour la première fois depuis cinq ans, selon un rapport de l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture, pour qui c'est une bonne nouvelle pour les pays en développement.

«Avec ce niveau de production, même après une augmentation attendue de l'utilisation mondiale de céréales en 2004-2005, un surplus significatif est envisagé pour la première fois depuis 1999/2000», indique aujourd'hui un communiqué de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), à l'occasion de la diffusion de son rapport intitulé Perspectives de l'alimentation de décembre 2004.

L'agence de l'ONU estime que les réserves mondiales de céréales devraient augmenter d'ici la fin de la saison 2004/2005, ce qui représentera un aspect positif pour la sécurité alimentaire mondiale, après les sévères baisses enregistrées au cours des quatre dernières années.

Les prévisions tablent sur une progression des stocks mondiaux de céréales qui atteindraient 441 millions de tonnes vers la fin de la saison 2004/2005. Une bonne part de cette augmentation sera observée sur les réserves de maïs. Les réserves de blé devraient également augmenter quoique légèrement, mais en revanche le rapport cité par la FAO prévoit une nouvelle baisse des stocks de riz.

La reconstitution des stocks est principalement attendue pour les réserves de blé et de maïs des principaux exportateurs de céréales des pays développés, qui se partagent les stocks mondiaux de blé et de céréales secondaires, bien au-delà de la moyenne de ces dernières années, selon le rapport.

L'utilisation mondiale de céréales en 2004/2005 devrait augmenter de 2,4 % par rapport à la saison précédente, augmentation en majeure partie imputable à un usage accru pour le fourrage.

Selon les prévisions du rapport, le commerce mondial de céréales diminuera en 2004/2005, reflétant en grande partie la baisse de la demande de l'Union européenne, qui devrait plus qu'annuler l'augmentation attendue des importations de la part des pays en développement, en particulier de la Chine.

Le rapport souligne un autre point positif pour la situation céréalière mondiale, à savoir le ralentissement prévisible de la chute des réserves chinoises du fait principalement d'un fort rebond de la production. La réduction drastique des réserves chinoises était en grande partie responsable de la baisse des stocks mondiaux au cours des dernières années, selon le rapport.

«L'offre abondante et la baisse des prix sont deux bonnes nouvelles pour les pays en développement», déclare M. Henri Josserand, Chef du Système mondial d'information et d'alerte rapide (Smiar) de la FAO. «Toutefois, pour certains pays, l'avantage de la baisse des prix sera neutralisé par les coûts élevés du frêt.»

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.