R.D. du Congo : Exactions et déplacements au Nord Kivu, selon OCHA

4 décembre 2004

La Coordination humanitaire de l'ONU (OCHA) fait état d'exactions et de milliers de déplacés en R.D. du Congo, dans le Nord Kivu, où se déroule une opération militaire attribuée aux forces rwandaises mais qui encourage des éléments indépendants à mener des pillages contre la population et le personnel humanitaire.

« Les activités militaires dans le nord-ouest du territoire de Walikale et au sud du territoire de Lubero ont entraîné le déplacement de milliers de civils » indique le Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA) en République Démocratique du Congo (RDC), citant des témoignages recueillis auprès des personnes déplacées, dans un communiqué paru le 3 décembre.

« L'instabilité régnant dans la zone ne permet pas à cette heure de chiffrer avec exactitude leur nombre. Une organisation non gouvernementale estime cependant que 46.000 personnes se cacheraient dans les forêts de Pinga et Walikale » (Carte).

« Plusieurs localités auraient également été pillées puis incendiées lors de ces opérations dans le groupement d'Ikobo, dans le territoire de Walikale, et l'on compterait des morts et des blessés parmi les civils », selon les témoins cités par OCHA.

« Ces derniers attribuent ces exactions à des troupes de l'armée rwandaise venues déloger les éléments des Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR), un groupe rebelle rwandais, opérant à l'est de la RDC (voir notre dépêche du 3 décembre 2004).

« Nous avons entendu des tirs. Les Interahamwe ont fui et les militaires tuaient la population. Des cadavres ne sont pas encore enterrés. Ils pillaient le village avant de l'incendier. Nous avons fui dans la forêt », a affirmé un déplacé cité par la Coordination humanitaire de l'ONU.

« Un autre témoignage évoque des exactions perpétrées par les FDLR à Buleusa, dans le groupement d'Ikobo. 'Les Interahamwe étaient tous armés, jusqu'aux plus petits enfants. Ils vivaient des pillages et faisaient la formation dans le village', indique le communiqué qui précise que des « Maï-Maï, à la suite de craintes d'une offensive rwandaise, auraient également attaqué et pillé les populations civiles de Bitonga, dans le sud du territoire de Masisi ».

Pour Jahal de Méritens, chef d'OCHA en RDC, il convient de prendre ces informations avec beaucoup de précautions. « La communauté humanitaire évolue dans un contexte très sensible. Une dynamique est en cours et ses conséquences sont difficilement mesurables à l'heure actuelle. Des équipes ont été déployées sur le terrain aujourd'hui. Des informations plus amples nous parviendrons dans les prochains jours ».

Selon le communiqué d'OCHA, on constate par ailleurs, « en dehors de ces zones de combats, la multiplication des exactions sur les populations civiles et les organisations humanitaires par des éléments armés tirant avantage de ce contexte troublé ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.