Augmentation de 64% en 2004 de la culture du pavot en Afghanistan

18 novembre 2004

L'économie de l'opium, qui représente actuellement 64% du PNB 2003 de l'Afghanistan, risque d'engloutir les formidables avancées de l'Afghanistan sur la voie de la démocratie, met en garde le chef de l'agence de l'ONU contre la drogue et le crime qui demande au gouvernement afghan de prendre une série de mesure pour endiguer la propagation fulgurante de la culture du pavot.

Avec une augmentation de la culture du pavot à opium de 64% en 2004 par rapport à 2003, « la drogue en Afghanistan est devenu un danger bien réel » a déclaré aujourd'hui le directeur de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Antonio Marion Costa qui présentait, à Bruxelles, les résultats de l'enquête 2004 sur l'opium en Afghanistan ( Afghanistan Opium Survey 2004 – en anglais).

« Avec la culture du pavot à opium couvrant 131 000 hectares, l'Afghanistan a battu un double record, celui de la mise en culture la plus importante dans l'histoire du pays mais aussi la plus importante au monde », a-t-il ajouté.

Cependant, le mauvais temps et les maladies ont fait diminuer les rendements à l'hectare d'environ 30% ce qui a eu pour résultat une production totale de 4 200 tonnes en augmentation de 17 % par rapport à l'année passée, indique un communiqué de l'ONUDC.

« 2004 restera dans les annales du pays comme une année de contradictions. Les progrès politiques sur la voie de la démocratie ont trouvé leur apogée avec l'élection quasi-plébiscitaire du Président Karzai. Pour ce magnifique succès, nous donnons un grand coup de chapeau au courage du Président Karzai et à sa détermination. Et pourtant, la culture du pavot, qui s'est propagé comme un feu de brousse dans le pays, pourrait bien in fine incinérer le tout : démocratie, reconstruction et stabilité », fait observer Antonio Costa dans la préface de l'étude.

Le rapport indique également que « l'économie de l'opium représente actuellement 60% du PNB 2003 de l'Afghanistan. »

Le directeur de l'ONUDC lance une mise en garde : « La crainte que l'Afghanistan ne dégénère et ne devienne un narco-Etat est en train de devenir une réalité au fur et à mesure que la corruption dans le secteur public, l'ambition effrénée des seigneurs de guerre locaux et la complicité des investisseurs locaux deviennent des facteurs de la vie afghane. »

Toutefois, Antonio Costa voit des raisons d'espérer. « Les socles de la lutte contre la culture et la production de l'opium ont été mis en place et des signes positifs importants sont en train d'émerger », a-t-il souligné.

Le directeur de l'ONUDC a demandé au gouvernement afghan de se fixer quatre objectifs pour 2005 : le lancement d'une campagne d'éradication significative, la mise en jugement des principales affaires de trafic de drogue, l'adoption d'actions mesurables contre la corruption dans le gouvernement et le renforcement de la structure de la lutte anti-drogue.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.