Les violences au Libéria condamnées par le Secrétaire général

29 octobre 2004

Le Secrétaire général de l'ONU condamne les récents troubles à Monrovia, la capitale du Libéria, objet d'un couvre-feu assuré par la Mission de l'ONU, et appelle les chefs traditionnels et politiques ainsi que la CEDEAO, à intervenir pour calmer d'urgence la situation.

« Le Secrétaire général condamne les récentes violences et les émeutes à Monrovia, qui ont conduit à la destruction de biens et à des pertes en vie humaine » affirme une déclaration transmise par son porte parole, au Siège de l'ONU à New York.

Le Secrétaire général appelle la population du Libéria à se conformer strictement au couvre-feu et à coopérer avec les autorités et la MINUL, la Mission des Nations Unies au Libéria.

C'est enfin à tous les chefs traditionnels et politiques du pays, mais aussi de la CEDEAO, la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest, que Kofi Annan a lancé un appel, afin qu'ils interviennent d'urgence et qu'ils soutiennent les efforts des Nations Unies pour restaurer le calme aussi rapidement que possible.

Le chef de la Mission de l'ONU au Libéria (MINUL), Jacques Paul Klein, qui est aussi Représentant spécial du Secrétaire général et Coordonnateur des opérations des Nations Unies au Libéria, a déclaré aujourd'hui avoir donné des ordres aux unités militaires et de police de la MINUL pour qu'elles se déploient dans toutes les zones affectées et qu'elles réagissent avec la force maximale à toute violence contre les civils innocents et leurs biens » (voir notre dépêche d'aujourd'hui).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.