Un enfant de moins de 5 ans meurt de faim toutes les 5 secondes, rappelle Jean Ziegler

26 octobre 2004
Jean Ziegler

La faim, qui tue plus que la guerre et le terrorisme, ne cesse de se répandre dans le monde et pourtant le combat pour la faire reculer n'est qu'une question politique, explique Jean Ziegler, Rapporteur spécial sur le droit à l'alimentation, qui s'indigne de ce que « le droit à l'alimentation » soit considéré comme une « aspiration » et non « un droit fondamental ».

« Un enfant de moins de 5 ans meurt toutes les 5 secondes de maladie liée à la faim » ce qui signifie que « plus de 6 millions de très jeunes enfants seront morts de faim d'ici à la fin de 2004 » et que « la faim tuera plus de personnes que toutes les guerres qui ont sévi cette année dans le monde », indique le Rapporteur spécial de la Commission des droits de l'homme sur le droit à l'alimentation, Jean Ziegler, dans son rapport rendu public aujourd'hui à New York, le quatrième sur la question.

Et ce n'est pas tout. 842 millions de personnes souffrent actuellement de sous-alimentation chronique – contre 840 millions lors du précédent rapport. Le nombre de victimes de la sous-alimentation chronique a augmenté de 18 millions entre 1995 et 2001. Tous les indicateurs de la faim ont grimpé chaque année depuis le Sommet mondial de l'alimentation, en 1996, à l'occasion duquel les gouvernements s'étaient engagés à réduire la faim, indique le Rapporteur spécial.

Alors que les chiffres publiés sont accablants, Jean Ziegler s'interroge sur le combat contre la faim. Dans son dernier rapport intitulé « L'état de l'insécurité alimentaire dans le monde, 2003 », l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO selon son acronyme en anglais) signalait un recul dans le combat contre la faim, rappelle-t-il.

Le Rapporteur spécial se dit « gravement préoccupé » de la situation actuelle qui sévit dans un certain nombre de pays et, plus particulièrement, au Soudan, en République populaire démocratique de Corée, dans le Territoire palestinien occupé et à Cuba.

A propos du Soudan, Jean Ziegler condamne les atteintes au droit à l'alimentation qui lui ont été signalées au Darfour « sur fond de nettoyage ethnique et de tueries, de viols et d'autres violations des droits de l'homme ». « Les milices ont violé l'obligation de respecter le droit à l'alimentation en détruisant, endommageant ou pillant des cultures, des zones agricoles, du bétail et des points d'eau, notamment en détruisant une grande partie des ressources dans la zone de Jabal Marrah, dans l'ouest du Darfour et en forçant un million de personnes à abandonner leur foyer » explique le rapport.

Jean Ziegler dénonce aussi « la famine du silence » qui sévit en République populaire démocratique de Corée où « des centaines de milliers de personnes auraient été tuées » ces 10 dernières années. Ici, c'est non seulement la Corée du Nord qui est visée mais aussi la Chine. Le Rapporteur rappelle que la crise alimentaire a poussé de nombreux Coréens « à fuir la faim » en traversant de manière « illégale » la frontière avec la Chine et juge « très préoccupant » que « la Chine ait rapatrié de force ces réfugiés de la faim ». Selon les informations dont on dispose, poursuit le rapport, « les personnes rapatriées et leur famille seraient […] durement sanctionnées par les autorités coréennes qui les condamneraient […] à des années de camps de travail ».

En ce qui concerne le Territoire palestinien occupé, le Rapporteur se dit très préoccupé « de la destruction et de la confiscation systématiques des terres et des cultures palestiniennes par les forces d'occupation israéliennes lors des récentes opérations militaires » et s'indigne « de la construction de la barrière de sécurité ». Par cette action, explique Jean Ziegler, « l'armée de la puissance occupante se dérobe à l'obligation de respecter le droit à l'alimentation qui lui incombe, en tant que puissance occupante, en vertu des droits de l'homme et du droit humanitaire international ». Selon les chiffres publiés dans le rapport, 20% des enfants palestiniens souffrent maintenant de malnutrition grave et 50% des Palestiniens sont devenus dépendants de l'aide alimentaire.

Dans ses recommandations, le Rapporteur presse les gouvernements de la République populaire démocratique de Corée et du Soudan de prendre immédiatement des mesures pour mettre fin aux violations du droit à l'alimentation de leurs populations. Il exhorte aussi le gouvernement israélien à respecter ses obligations au regard du droit international concernant le droit à l'alimentation des personnes vivant dans les territoires palestiniens occupés. Il demande également au gouvernement des États-Unis de s'abstenir de toute mesure unilatérale portant atteinte au droit à l'alimentation de la population vivant à Cuba

« La faim n'est pas inéluctable. Elle est inacceptable » déclare Jean Ziegler. « Nous vivons dans un monde plus riche que jamais et tout à fait capable de venir à bout de la faim. Il n'y a pas de secret : pour cela, nul besoin de nouvelles technologies. Il suffit simplement de s'engager politiquement à remettre en cause les politiques existantes qui font que les riches s'enrichissent et que les pauvres s'appauvrissent » explique-t-il.

« L'heure est venue d'admettre véritablement le droit à l'alimentation en tant que droit de l'homme devant être pleinement appliqué, au même titre que n'importe quel autre droit de l'homme. Il est inacceptable que le droit à ne pas vivre dans la faim et le droit à une alimentation soient considérés comme de simples « aspirations » et non comme des droits fondamentaux à part entière que les gouvernements se doivent de respecter et de faire appliquer » souligne-t-il.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.