BIT : la sécurité économique facteur de stabilité sociale

1 septembre 2004

Une nouvelle étude du Bureau international du Travail (BIT) montre que si l'argent ne suffit pas à faire le bonheur, la sécurité économique est un facteur de stabilité sociale alors qu'à l'inverse, les ¾ du monde qui n'en bénéficient pas vivent dans un univers « d'anxiété et de colère ».

Le rapport, intitulé "La sécurité économique pour un monde meilleur" qui s'appuie sur des estimations couvrant 85% de la population mondiale, identifie la sécurité économique – couplée avec la démocratie et les dépenses du gouvernement en matière de sécurité sociale – comme des facteurs de croissance mais aussi de stabilité sociale.

En revanche, les trois quarts des travailleurs du monde vivent dans des conditions d'insécurité économique générant "un monde plein d'anxiété et de colère", analyse le rapport cité par un communiqué du BIT publié aujourd'hui qui indique que seulement 8% de la population mondiale vit dans un pays qui offre un niveau élevé de sécurité économique.

« La population des pays qui offrent à leurs ressortissants un niveau élevé de sécurité économique a un niveau de bonheur plus élevé en moyenne, mesuré par des enquêtes sur le niveau de satisfaction dans la vie et l'inégalité en matière de bonheur dans les pays », mentionne en revanche ce document qui est produit par le Programme sur la sécurité socio-économique du BIT.

Cependant « le déterminant du bonheur national le plus important n'est pas le niveau de revenu. Même s'il existe une association positive, l'augmentation du revenu semble avoir peu d'effet à mesure que les pays riches deviennent plus riches », note le rapport qui conclut que le facteur le plus important est le degré de sécurité du revenu, mesuré en termes de protection du revenu et d'un faible degré d'inégalité de revenu.

Il indique également que« en revanche, le bonheur ne semble pas être lié au niveau de compétence », trop de gens s'apercevant que leurs compétences et leurs qualifications ne correspondent pas aux emplois qu'ils doivent exercer, ce qui provoque ce que le rapport appelle un effet de "frustration lié au statut".

Enfin, note-t-il également, la démocratie politique et une tendance favorable aux libertés civiles augmentent sensiblement la sécurité économique, les dépenses du gouvernement dans le domaine de la sécurité sociale ayant aussi un effet positif.

« Mais la croissance économique n'a qu'une faible incidence sur la sécurité, mesurée sur le long terme », indique-t-il.

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.