Tchad : besoins alimentaires accrus formulés par le PAM

Tchad : besoins alimentaires accrus formulés par le PAM

media:entermedia_image:cdad0948-8c6f-41e2-a93e-3a44ac20d86e
Le Programme alimentaire de l'ONU a lancé aujourd'hui un appel à financement à hauteur de 12 millions de dollars pour accroître son programme spécial de nourriture pour les réfugiés soudanais qui se trouvent dans des camps au Tchad et sauver la vie de milliers d'enfants de moins de cinq ans et de femmes enceintes ou en période d'allaitement.

Ce programme vise à sauver la vie de dizaines de milliers de personnes chassées de leurs foyers dans la région du Darfour, dans l'Ouest du Soudan (carte), indique un communiqué du Programme alimentaire mondial (PAM).

Le PAM a révisé de 12 millions de dollars son budget en faveur des réfugiés au Tchad, pour le porter à 42,35 millions de dollars, de façon à fournir 31 488 tonnes de nourriture pour l'année 2004. Pour l'instant, indique le communiqué, le PAM a reçu 26,5 millions de dollars d'un groupe de donateurs qui comprend l'Australie, le Canada, la Commission européenne, la Finlande, la France, l'Allemagne, l'Irlande, le Japon, les Pays-Bas, la Norvège, la Suisse, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

Alors que la saison des pluies s'intensifie, le PAM prévoit de fournir une alimentation intégrale à 55 000 enfants de moins de cinq ans, ainsi que de femmes enceintes et qui allaitent, pendant au moins six mois, indique le communiqué qui rappelle qu'il y a au moins 170 000 réfugiés du Darfour au Tchad (carte).

« Il faut atteindre les groupes vulnérables avant que les conditions ne se détériorent et ne créent une crise encore plus grave », déclare le directeur adjoint de pays pour le Tchad, Jean-Charles Dei.

Trois camps au Nord du Tchad, Oure Cassoni, près de Bahai, Iridimi et Touloum près d'Iriba (carte des réfugiés au Darfour et au Tchad) ont déjà reçu une aide alimentaire au mois d'août, indique le communiqué, qui précise que 155 tonnes de nourritures ont été apportées à une population de 27 142 personnes, avec l'assistance de l'organisation non gouvernementale World Vision.

Un cinquième de l'aide alimentaire ira également à la population locale, indique le PAM, qui explique que l'afflux de réfugiés a rendu difficile la subsistance des fermiers et bergers locaux, notamment leur accès à la nourriture et à l'eau.

L'objectif est de réduire le taux de malnutrition, par l'apport de rations d'un mélange de maïs et de soja, de sucre et d'huile végétale afin de fournir 1000 calories supplémentaires par jour en plus des 2 100 calories journalières que reçoivent les réfugiés en principe.

Le 27 août dernier, la Coordination humanitaire de l'ONU avait aussi révisé à la hausse son appel initial à financement, alors établi à 54, 6 millions de dollars, qu'elle établit désormais ses besoins pour 2004 à 166 millions de dollars, pour venir en aide à une population qui a franchi en nombre croissant la frontière en provenance du Soudan pour venir chercher refuge au Tchad (voir notre dépêche du 27 août).

---