Les pays du Sahel de plus en plus menacés par les invasions de criquets

18 août 2004

« La situation générale en Afrique de l'Ouest s'est encore détériorée avec l'arrivée de nouveaux essaims de criquets pèlerins en Mauritanie, au Mali et au Niger », affirme l'agence de l'ONU pour l'agriculture qui estime que 58 à 83 millions de dollars sont nécessaires pour faire face à cette menace alors qu'elle a reçu pour l'instant 14 millions de dollars.

« En Mauritanie, des essaims en déplacement du nord vers le sud ont été signalés dans le Tiris Zemmour, l'Adrar, l'Inchiri et à Nouakchott », où 6 029 hectares ont été traités en Mauritanie durant les dix premiers jours d'août, indique un communiqué de la FAO, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) publié aujourd'hui, qui présente son dernier bilan sur l'infestation de l'Afrique de l'Ouest par les criquets pèlerins.

Selon la FAO, les premiers ailés de la génération estivale pourraient commencer à apparaître vers la fin août.

Au Sénégal, des essaims et des bandes larvaires (composées de jeunes criquets dépourvus d'ailes) continuent à être signalés dans la vallée du fleuve Sénégal ainsi que dans celle du Ferlo, à Linguère, et déjà plus de 16 000 hectares infestés ont été traités dans le pays entre le 8 juillet et le 13 août 2004, souligne l'agence de l'ONU.

Selon la FAO, cette importante recrudescence acridienne est principalement due aux bonnes séquences pluviométriques survenues, d'abord dans le Sahel durant l'été 2003, puis en Afrique du Nord-ouest durant l'hiver et le printemps derniers. C'est ainsi

« qu'au moins quatre générations successives de criquets pèlerins ont pu se développer grâce aux conditions écologiques favorables ».

La FAO signale que l'on a trouvé des criquets pélerins dans des lieux inhabituels comme cela a été le cas le 5 août dernier, quand quelques essaims ont atteint, pour la deuxième fois, les Iles du Cap-Vert, à Boa Vista, Santiago, Fogo et Maio, au cours d'un nouvel épisode de vent de secteur nord-est.

Ces essaims avaient des densités atteignant 50 ailés/m2 et de nombreux criquets pèlerins morts ont été observés sur les plages, précise l'agence.

Dans ce contexte extrêmement menaçant pour les pays du Sahel, Alpha Oumar Konaré, président de la Commission de l'Union africaine, et Jacques Diouf, Directeur général de la FAO, viennent d'effectuer une tournée d'inspection en Mauritanie pour se rendre compte de la taille des essaims et des dégâts importants causés par le criquet pèlerin, indique le communiqué.

Selon les estimations de la FAO, il faudrait 58 à 83 millions de dollars pour mener à bien la lutte contre le criquet pèlerin. Jusqu'ici, les engagements des bailleurs de fonds, à travers la FAO, ont atteint quelque 14 millions de dollars.

Parmi les principaux contributeurs à la lutte antiacridienne, figurent la Banque islamique de développement, les Etats-Unis d'Amérique, la France, l'Italie, la Norvège, l'Organisation arabe pour le développement agricole, les Pays-Bas et la FAO, informe l'agence qui indique que les contributions financières de plusieurs autres bailleurs de fonds sont en cours d'approbation.

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.