Publication de l'Accord d'Accra III : de la nécessaire influence des chefs d'Etat africains

11 août 2004

Plus que les dispositions de l'Accord d'Accra III qui ont déjà été longuement exposées, ce qui frappe dans le texte rendu public, aujourd'hui, c'est l'importance des moyens déployés pour parvenir à remettre sur les rails le processus de paix en Côte d'Ivoire.

La liste des personnalités réunies au chevet de la Côte d'Ivoire et figurant dans le texte de l'Accord, transmis au Président du Conseil de sécurité par le Représentant permanent du Ghana auprès de l'ONU à New York, est impressionnante.

Outre le Secrétaire général de l'ONU, le Président de l'Union africaine Alpha Oumar Konare, le Secrétaire exécutif de la CEDEAO (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest) Mohamed Ibn Chambas, pas moins de 12 chefs d'Etat africains étaient présents à Accra les 29 et 30 juillet dernier.

Leur influence conjuguée, exercée sur l'ensemble des parties prenantes à la crise ivoirienne, à laquelle s'est ajoutée celles de plusieurs membres de gouvernements et du corps diplomatique, a abouti à un texte qui, s'appuyant sur les accords de Linas-Marcoussis, a obtenu de nouveaux engagements sur la mise en oeuvre des dispositions de ces accords.

Deux des engagements pris ont déjà été suivis d'effet : la réintégration de facto des ministres exclus du gouvernement au cours d'une première réunion du Conseil des ministres ivoiriens et la signature du décret portant délégation de pouvoirs au Premier Ministre Seydou Diara.

L'Accord indique à ce sujet que « le Président a notifié au Premier Ministre que la délégation de pouvoir qui lui est conférée aux termes de l'article 53 de la Constitution lui permet de mettre en œuvre toutes les dispositions de l'Accord de Linas-Marcoussis jusqu'à la tenue des élections prévues en octobre 2005. »

Restent désormais à prendre les autres mesures prévues au titre des Accords de Linas Marcoussis et de ses annexes, notamment en ce qui concerne l'éligibilité à la Présidence de la République, pour lesquelles « le Président doit faire valoir les pouvoirs que lui confère la Constitution », indique l'Accord d'Accra III.

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.