Suivi du Sommet d'Accra : réunion du Cabinet ivoirien au grand complet aujourd'hui

9 août 2004

Premier signe concret des résultats du Sommet d'Accra, le Conseil des ministres ivoirien, auquel participaient les ministres préalablement exclus, s'est réuni aujourd'hui conformément au calendrier prévu, a indiqué la Mission de l'ONU en Côte d'Ivoire.

« Nous venons d'être informés par la Mission de l'ONU en Côte d'Ivoire qu'une réunion du Conseil des ministres s'est déroulée dans ce pays, conformément au calendrier qui a fait l'objet d'un accord lors du Sommet co-présidé par le Secrétaire général », a indiqué aujourd'hui le porte-parole de l'ONU à New York lors de son point avec la presse.

Le 30 juillet dernier dans la capitale ghanéenne d'Accra, le Sommet sur la Côte d'Ivoire co-présidé par Kofi Annan et le Président du Ghana, John Kufuor, aboutissait à une série d'engagements de la part des différentes forces politiques en présence qui relançait le processus de paix de Linas-Marcoussis.

Au terme de cette réunion, qui a rassemblé également les Chefs d'État et de Gouvernement de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), ainsi que d'autres Chefs d'État africains et le Président de la Commission de l'Union africaine, le Président de la République de la Côte d'Ivoire, le Premier Ministre et les forces politiques ivoiriennes « ont convenu de l'urgence de reprendre les activités du Gouvernement de réconciliation nationale de façon à permettre un retour à la normale dans le pays dans la cadre d'une mise en oeuvre durable de l'Accord de Linas-Marcoussis. »

Le Président ivoirien a accepté de promulguer un décret qui précisera les domaines de compétence du Premier Ministre et a confirmé qu'il procédé, le 28 juillet dernier, à la convocation d'une session extraordinaire de l'Assemblée nationale afin de procéder à l'adoption de toutes les réformes juridiques prévues au titre de l'Accord de Linas-Marcoussis, « conformément à la lettre et à l'esprit dudit accord. »

Toutes les parties ivoiriennes ont réitéré leur engagement à garantir le soutien de leurs députés à l'Assemblée nationale pour l'adoption de ces textes législatifs d'ici à la fin du mois d'août 2004 tel que stipulé dans cet Accord.

Le 1er août, le Secrétaire général précisait que, dans la semaine qui suit son retour en Côte d'Ivoire, le gouvernement allait reprendre le travail urgent qui l'attend [...] » et qu'une réunion du cabinet serait convoquée.

« Le Représentant spécial du Secrétaire général en Côte d'Ivoire nous a informé que les trois ministres qui avaient été auparavant exclus du Cabinet avaient participé à la réunion d'aujourd'hui, y compris les ministres de Forces nouvelles », a indiqué aujourd'hui le porte-parole.

Le 5 août, dans une déclaration dont son Président avait indiqué qu'elle avait été demandée par la France, le Conseil de sécurité avait salué l'esprit de dialogue et de responsabilité dont ont fait preuve le Président Gbagbo et chacune des parties ivoiriennes.

Il les avait également instamment appelés « à se conformer strictement aux échéances précises qui ont été fixées, notamment pour régler la question de l'éligibilité à la présidence de la République et pour commencer le désarmement de tous les groupes paramilitaires et le démantèlement des « groupes de jeunes de nature à créer des troubles. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.