Lutte contre le sida : un fossé qui risque de se creuser entre besoins et financement, indique ONUSIDA

12 juillet 2004

Les dépenses totales concernant le sida sont passées de 1,2 millliard de dollars en 2000 à 6 milliards de dollars estimés cette année, selon un rapport du Programme de l'ONU contre le sida, publié aujourd'hui, qui indique cependant que les fonds manquants s'élèveront cette année à 50% des besoins.

L'étude qui parait alors que la XVe Conférence sur le sida se tient à Bangkok en Thaïlande jusqu'au 16 juillet, indique que l'on s'attend également à ce qu'il manque 6 milliards de dollars en 2005, selon le communiqué d'ONUSIDA, le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida publié aujourd'hui.

« A moins que des ressources ne soient affectées à la réaction mondiale contre la maladie, le fossé entre les besoins et les ressources disponibles va se creuser de façon significative dans les prochaines années », indique le docteur Paul De Lay, directeur de l'Evaluation à ONUSIDA.

Même si les pays dépensent plus au plan national, globalement, pour la lutte contre le sida, cette augmentation ne suffit pas à couvrir les besoins nécessaires à une réaction efficace dans les pays en développement. ONUSIDA chiffre ses besoins à 12 milliards de dollars d'ici à 2005 et 20 milliards d'ici à 2007.

Selon ce nouveau rapport, intitulé « Financer une réponse accrue au sida », l'augmentation du financement provient largement des initiatives de nouveaux donateurs, dont le Plan d'urgence américain et le Fonds mondial.

Les Etats-Unis reste le premier des donateurs en valeur absolue. Le Royaume-Uni, la Communauté Européenne et le Canada devraient également jouer un rôle important en 2004 et dans les années qui suivent, indique le rapport.

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.