Bougainville : la Mission de l'ONU reconduite pour une période finale de six mois

2 juillet 2004

Le Conseil de sécurité a décidé de reconduire la Mission d'observation des Nations Unies à Bougainville (MONUB) pour une nouvelle période de six mois, jusqu'au 31 décembre 2004, sur la recommandation du Secrétaire général de l'ONU.

Le Conseil de sécurité « note la recommandation » du Secrétaire général, indique Lauro Baja, Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin, dans une lettre en date du 30 juin adressée à Kofi Annan.

La Mission, reconduite à partir du 1er juillet, prendra fin le 31 décembre 2004, puisqu'il s'agit de « l'ultime extension de cette mission ». Dans cette optique, le Conseil de sécurité demande au Secrétaire général de lui présenter dans les trois mois un rapport concernant l'évaluation de la situation sur le terrain, ainsi qu'un plan de sortie pour la Mission.

En mai dernier, le Sous-secrétaire général aux affaires politiques, Danilo Türk, avait fait part au Conseil de sécurité des progrès réalisés à Bougainville, l'île du Pacifique en conflit pendant plus de dix ans, désarmée aujourd'hui à 81% et qui pourrait tenir des élections dès la fin de cette année.

Il avait qualifié l'exemple de Bougainville comme un “succès et un exemple réussi de coopération entre le Gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée, le peuple de Bougainville, les partenaires régionaux et la Mission des Nations Unies”.

Bougainville, initialement l'une des vingt provinces administratives de Papouasie-Nouvelle Guinée, a été, à partir de 1988, le théâtre de violents combats consécutifs à la création de l'Armée révolutionnaire de Bougainville, la BRA (Bougainville Revolutionary Army) qui, après quinze ans de production intensive du cuivre, lourde de conséquences au plan écologique et ayant donné lieu à des réclamations d'indemnisation insatisfaites, a réclamé l'indépendance.

Après plus de dix ans de conflit, l'accord de paix de Bougainville élaboré en 1998 était finalement signé en 2001, sous les auspices de Bureau politique des Nations Unies, remplacé depuis par la MONUB. Bougainville devenait autonome mais devait procéder à un désarmement total, condition préalable à la tenue d'un référendum sur son éventuelle accession à l'indépendance.

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.