Commission européenne/PNUD : un partenariat d'un nouveau type en faveur du développement

1 juillet 2004

La Commission européenne et l'agence de l'ONU pour le développement ont signé aujourd'hui un accord stratégique de collaboration, salué par le directeur du PNUD comme un partenariat d'un type nouveau, sans précédent jusqu'à ce jour entre la Commission et une agence de l'ONU.

L'objectif est de renforcer la capacité de chaque organisation à apporter une aide efficace aux pays en développement, en particulier dans les domaines de la gouvernance, de la prévention des conflits et de la reconstruction après conflit, et plus largement dans la réalisation des Objectifs de développement du Millénaire précise le communiqué du PNUD, le Programme des Nations Unies pour le développement, paru aujourd'hui.

Au plan technique, le partenariat permettra notamment d'éviter les doublons et d'élaborer des approches communes, en maintenant « un dialogue régulier sur les politiques entre les Etats-majors », qui devrait encourager la coordination des donateurs et renforcer la prise en charge du processus de développement par les autorités et organismes locaux.

« Cette collaboration stratégique renforce considérablement notre capacité à réagir promptement et efficacement dans les situations de crise nées des conflits et de leurs suites, quand l'intervention doit impérativement être rapide, énergique et bien conçue pour produire des effets à long terme », a déclaré aujourd'hui Mark Malloch Brown, le directeur du PNUD, lors de la cérémonie de signature au siège de l'agence à New York.

La coopération permet aussi de tirer parti de la capacité de financement de la Commission européenne, dont le soutien aux activités de l'ONU en 2002 s'élevait à 364 millions d'euros, tout comme de l'expertise et de la légitimité que peut apporter l'ONU, « de par l'universalité de son mandat », qui en fait la seule organisation capable de « proposer des solutions mondiales à des défis communs », expose le communiqué.

Poul Nielson, Commissaire européen chargé du développement et de l'aide humanitaire, a ainsi salué la « grande expertise » et la « position privilégiée » du PNUD. « Nous devons exploiter la complémentarité de nos deux organisations. Si nous parvenons à tisser des liens plus étroits, la qualité et l'efficacité de l'aide que nous apportons s'amélioreront, au bénéfice des plus démunis », a-t-il déclaré.

La collaboration entre la Commission européenne et le PNUD, si elle vient s'enrichir ainsi d'un partenariat d'un type nouveau, « premier d'une longue série d'initiatives similaires », existe toutefois déjà de longue date, précise le communiqué, puisque les deux institutions « coopèrent étroitement depuis de longues années dans le domaine de l'aide au développement, en particulier dans les activités de déminage, de prévention des conflits, de droits de l'homme et de démocratisation ».

Entre 1999 et 2002, le soutien apporté par la Commission aux activités du PNUD s'est chiffré à 124 millions d'euros, précise le communiqué de l'agence.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.