Discussions en cours en Afghanistan sur un nouveau report de la date des élections

Discussions en cours en Afghanistan sur un nouveau report de la date des élections

Le Président Karzai montre sa carte électorale
Même si les nombre d'électeurs inscrits ne cesse d'augmenter de même que la participation féminine, la Mission de l'ONU en Afghanistan a indiqué aujourd'hui que des discussions étaient en cours sur un éventuel nouveau report de la date des élections, le nombre de sites ouverts et d'électeurs inscrits étant encore éloigné des objectifs fixés.

Lors de son point avec la presse, aujourd'hui à Kaboul, le porte-parole de la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a répondu aux questions de journalistes qui l'interrogeaient sur les rumeurs faisant état d'un possible report des élections prévues en septembre.

A cela, Manoel de Almeida e Silva a répondu qu'il y avait effectivement un débat en cours sur la date des élections. Il a précisé que l'ONU jouait un rôle dans ces discussions en tant qu'institution co-organisatrice avec les Afghans de ce scrutin.

« Il est vrai que nous sommes préoccupés », a-t-il ajouté, précisant que l'un des sujets de préoccupation concernait « l'intégrité de l'opération électorale », le second ayant à voir avec la sécurité des électeurs, des candidats et des gens qui collaborent au processus. « A cet égard, nous continuons à attacher la plus grande importance au processus de Désarmement-réintégration. », a-t-il indiqué.

Quelques instants auparavant, Manoel de Almeida e Silva avait indiqué que de nouvelles explosions avaient eu lieu à hier Jalalabad, quelques jours après que l'explosion de bombes placées dans un autocar ait tué deux femmes travaillant à l'organisation des élections.

Si ces attaques ont pour but de décourager la participation de la population, elles ne semblent pas avoir rencontré le succès escompté, a suggéré le porte-parole, qui a souligné que, dans l'intervalle séparant les deux incidents, 40 000 Afghans avaient été s'inscrire sur les listes électorales et que le nombre quotidien d'inscriptions n'avait cessé d'augmenter depuis samedi dernier 26 juin avec simplement un léger ralentissement le 29 juin, lendemain de l'explosion de l'autocar date à laquelle le nombre des inscrits était passé de 11 063 à 10 838.

Le nombre d'électeurs inscrits au 29 juin approchait les 5,5 millions tandis que le pourcentage de femmes inscrites, 38% désormais, continue d'augmenter. Dans les zones rurales, ce pourcentage est 6% plus élevé que dans les villes, a souligné Manoel de Almeida.

A un journaliste qui lui faisait remarquer que 1600 sites d'inscription électorale avaient été ouverts au lieu des 4 600 prévus, le porte-parole de la MANUA a répondu que plus de 390 districts sur les 400 que comptent le pays, disposaient désormais de sites d'inscription. « Nous touchons donc pratiquement tous les districts. Il est peu probable que nous atteignons les 4000 sites d'inscription » peut-être pour des raisons de sécurité, a-t-il admis « mais nous touchons les gens et c'est cela qui compte. »

« Cela veut dire que les gens doivent marcher », a-t-il ajouté, citant en exemple le cas qui lui avait été rapporté d'un vieil Afghan de 110 ans qui a parcouru à pied 5 Km pour aller se faire inscrire.

En avril dernier, le Président de l'Afghanistan avait déjà décidé de repousser la tenue des élections de juin à septembre.

« Si les élections doivent bel et bien avoir lieu en septembre, il est nécessaire d'en fixer la date rapidement », a déclaré aujourd'hui Manoel de Almeida.

---