Centrafrique : une situation des droits de l'homme précaire, selon le rapport de l'ONU dans le pays

28 juin 2004

Le rapport mensuel du Bureau de l'ONU en République centrafricaine (RCA) sur la situation des droits de l'homme dans le pays dresse un état des lieux marqué par l'insécurité mais note comme un signe positif la dénonciation par le chef de l'Etat de la corruption de l'appareil judiciaire.

« La sécurité demeure un sujet de vive préoccupation pour tous », indique dans un communiqué le Bureau des Nations Unies en RCA, la BONUCA, à propos du rapport mensuel rédigé par sa Section des droits de l'homme. Celui-ci indique notamment que la circulation sur les axes routiers des provinces n'est entreprise qu'avec inquiétude en raison des exactions attribuées aux « coupeurs de route. »

Des atteintes à la liberté individuelle ou collective sont toujours dénoncées par les organisations locales de défense des droits de l'homme indique la BONUCA, qui précise que « certains hommes politiques en sont victimes » et « que certains dignitaires de l'ancien régime sont obligés de vivre dans la clandestinité. »

Parmi les signaux positifs, le rapport note et « appuie » l'intervention du chef de l'Etat, le général François Bozizé, qui a fustigé, lors de la rentrée judiciaire, le comportement des magistrats « caractérisés par la corruption, la prévarication et la concussion. »

Le rapport recommande de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des biens et des personnes, la prévention des exécutions sommaires et extrajudiciaires et autres atteintes aux droits fondamentaux de la personne.

Il invite les autorités à lutter contre l'impunité et à faire des droits de l'homme une priorité nationale par l'adoption d'un Plan national des droits de l'homme, conformément aux textes internationaux et conventions ratifiés par la RCA.

Enfin la BONUCA signale que le Représentant spécial du Secrétaire général en République centrafricaine a remis lors d'une cérémonie officielle réunissant des dirigeants gouvernementaux, le Représentant résident du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et des chefs de missions diplomatiques et consulaires, 200 exemplaires des actes du Dialogue national qui s'est déroulée du 15 au 27 octobre dernier, une façon, selon le Bureau de l'ONU, de rappeler à quelques mois des élections de décembre, que les recommandations du Dialogue national ont un caractère exécutoire.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.