Un mois après les inondations les problèmes humanitaires subsistent en Haïti, affirme l'ONU

Un mois après les inondations les problèmes humanitaires subsistent en Haïti, affirme l'ONU

media:entermedia_image:2bb888fe-17c6-4d18-b9ee-4e6312859e67
Les habitants de la région d'Haïti dévastée le mois dernier par des inondations manquent de nourriture, sont exposés à des risques d'épidémies dus à l'eau contaminée et doivent être relogés, a déclaré, mardi, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Un mois après les inondations les problèmes humanitaires subsistent en Haïti, affirme l'ONU

L'aide d'urgence devait principalement être acheminée par voie aérienne dans le secteur montagneux de Mapou. Depuis le 2 juin, à l'exception d'une journée, l'appareil de la Force multinationale intérimaire (FMI) a été indisponible. La distribution de l'aide ne s'est effectuée que le 10 juin, lorsque la FMI a acheminé 15,85 tonnes de nourriture et 600 litres d'eau purifiée fournie par le Programme alimentaire mondial (PAM).

Selon l'OCHA, le Gouvernement des Pays-Bas a débloqué près de 260 000 euros pour aider à financer l'aide alimentaire et la reconstruction d'infrastructures. Les routes menant à Mapou nécessitent d'être stabilisées dans certaines zones afin de les rendre plus sûres et accessibles.

L'UNICEF, de son côté, a distribué 8 000 rations quotidiennes aux enfants et aux femmes enceintes ou qui allaitent. L'agence de l'ONU prévoit également de lancer une étude sur la nutrition en collaboration avec l'association Médecins sans Frontières.

Dans le même temps, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et une équipe de médecins cubains ont mis en place des sites de surveillance épidémiologique à Mapou, Fonds-Verrettes, Bodari et Thiotte (carte).

Selon l'OCHA, la plupart de ces régions ont toujours un besoin urgent de milliers de couvertures, de matelas, de trousses hygiéniques et d'équipements de cuisine.

---