Soudan : la poliomyélite frappe le Darfour, indique l'agence mondiale de la santé

Soudan : la poliomyélite frappe le Darfour, indique l'agence mondiale de la santé

media:entermedia_image:1e6bcf62-ced3-44df-b508-c60cb35cbea0
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) se fait l'écho, mardi dans un communiqué, du cri d'alarme lancé par des épidémiologistes de l'initiative mondiale d'éradication de la poliomyélite qui indiquent que l'Afrique de l'Ouest et du Centre est à la veille de la plus importante épidémie de poliomyélite de ces dernières années ».

Cette mise en garde fait suite à la confirmation reçue ce jour qu'un enfant a été paralysé le 20 mai par la poliomyélite dans la région du Darfour, au Soudan (carte), un pays où cette maladie n'avait pas été observée depuis plus de trois ans. Il s'agit d'un virus très proche sur le plan génétique du poliovirus endémique dans le nord du Nigeria, qui a proliféré au Tchad ces derniers mois.

« Les données épidémiologiques montrent que la transmission du poliovirus sauvage continue à progresser à un rythme alarmant dans cette région », précise l'OMS dans son communiqué, qui ajoute qu'en plus de la réinfection du Soudan, à ce jour cinq fois plus d'enfants d'Afrique de l'Ouest et du Centre ont été paralysés par la poliomyélite en 2004 qu'au cours de la même période en 2003. Cent quatre-vingt dix-sept enfants ont été paralysés au Nigeria, suite à la suspension des campagnes de vaccination dans le nord du pays à la fin de l'année dernière.

« Il ne fait aucun doute que le virus se propage à un rythme alarmant », a indiqué le Dr David Heymann, spécialiste des maladies transmissibles et représentant de l'Organisation mondiale de la Santé pour l'éradication de la poliomyélite. « Le fait que le Soudan soit maintenant réinfecté constitue une preuve tangible de la nécessité d'appuyer des campagnes de vaccination de masse dans toute l'Afrique de l'Ouest et du Centre. »

Le communiqué indique que la réinfection du Soudan constitue la dernière déconvenue en date depuis les progrès sérieux qu'avait réalisés l'Afrique pour éradiquer la poliomyélite. « Début 2003, la poliomyélite n'était encore endémique que dans deux pays d'Afrique subsaharienne. Mais aujourd'hui, près de 90 % de la charge mondiale de la poliomyélite pèsent sur l'Afrique, des enfants étant désormais paralysés dans dix pays de ce continent précédemment exempts de poliomyélite. »

Les épidémiologistes craignent une épidémie de grande ampleur pour cet automne (au cours du « pic saisonnier » de la poliomyélite) qui laisserait des milliers d'enfants africains paralysés à vie. Les enfants sont particulièrement exposés dans les pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre entourant le Nigeria, puisque moins de la moitié des enfants de cette région sont systématiquement vaccinés contre diverses maladies, dont la poliomyélite. Pour faire face à cette menace, les épidémiologistes ont recommandé d'organiser des campagnes de vaccination de masse synchrones dans 22 pays africains en octobre et novembre, visant à atteindre 74 millions d'enfants. Ces campagnes permettraient d'éviter une catastrophe de santé publique.

Reconnaissant que l'Etat de Kano, situé au nord du Nigeria, reste l'épicentre de la flambée, les autorités de cet Etat et les autorités fédérales ont cherché à venir à bout d'une controverse locale sur l'innocuité du vaccin antipoliomyélitique, controverse qui avait conduit à la suspension des campagnes dans cette région. En mai 2004, les autorités de l'Etat de Kano ont publiquement annoncé à la presse mondiale que les activités de vaccination contre la poliomyélite redémarreraient sous peu.

« Ces campagnes permettraient d'éviter une catastrophe de santé publique », a déclaré Carol Bellamy, Directeur exécutif de l'UNICEF, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance. « Mais pour être efficaces, elles doivent bénéficier d'un appui populaire sans faille. Il faut donc avant tout accroître la participation communautaire aux activités de lutte contre la poliomyélite dans toute la région. De nombreuses familles doivent encore être rassurées, suite aux rumeurs qui ont circulé dans le nord du Nigeria concernant la sécurité du vaccin antipoliomyélitique. »

Avec un investissement mondial de 3 milliards de dollars depuis 1988 consacré à l'effort d'éradication, dont plus de 600 millions de dollars alloués par le Rotary International, il faudra encore 100 millions de dollars de plus pour faire face à cette épidémie imminente, dont 25 millions de dollars doivent être mobilisés d'urgence d'ici le mois d'août pour lancer la première campagne.

---